Lettre ouverte au premier ministre du Nouveau-Brunswick portant sur les Jeux de la Francophonie 2021 – Collectif

Monsieur le premier ministre,

La suggestion voulant que le Nouveau-Brunswick renonce à organiser les Jeux de la Francophonie 2021 pourrait être lourde de conséquence pour notre province, l’Acadie et le Canada. Permettez-nous de vous énumérer ici quelques raisons et de vous proposer une solution de rechange.

Il est bien évident aujourd’hui que le projet de candidature présenté en 2015 et estimé alors à 17,5 millions de dollars manquait sérieusement de rigueur. Il importe de faire toute la lumière sur cette affaire pour permettre aux organisateurs présents et futurs des Jeux de la Francophonie d’ajuster leur tir.

Plus récemment, un plan d’événement et une analyse effectuée par un cabinet d’experts-comptables mandaté par le gouvernement fédéral ont permis de nous présenter de nouveaux estimés, allant cette fois-ci de 72 à 130 millions de dollars. C’est beaucoup trop pour le Nouveau-Brunswick.

Parlons plutôt d’un plafond d’investissement d’environ 50 millions de dollars pour organiser ces Jeux, soit l’équivalent du coût des derniers Jeux de la Francophonie d’Abidjan en 2017 et le budget avancé par la candidature de Sherbrooke en 2015. Le gouvernement fédéral y verserait au minimum 25 millions de dollars tandis que la communauté hôte (la province du Nouveau-Brunswick, les municipalités, les bénévoles, différents fournisseurs de services et les commanditaires privés) aurait à combler la différence. Avec ce scénario, la province pourrait avoir à ajouter une somme de 10 millions de dollars aux premiers montants promis (contribution totale de 20 millions de dollars).

L’investissement supplémentaire de 10 millions de dollars exigé est imposant et pour se justifier devrait impérativement s’inscrire dans une stratégie de développement économique plus vaste. L’intérêt des Jeux réside dans sa possibilité d’agir comme levier pouvant générer des retombées commerciales et sociales importantes et ces bénéfices doivent être clairement définis dans un nouveau plan d’affaire.

Nous croyons donc qu’il serait dans l’intérêt du Nouveau-Brunswick de revoir le modèle couramment utilisé limitant les retombées prévues de ces Jeux à la seule région métropolitaine de Moncton. L’Université de Moncton est d’ailleurs composée de trois campus, dont ceux d’Edmundston et de Shippagan, possédant chacun des infrastructures de calibre mondial en termes d’accueil et d’installations culturelles et sportives.

D’autres municipalités en région, tels Bathurst, Campbellton, Miramichi et récemment Richibouctou, possèdent, elles aussi, des infrastructures culturelles et sportives exceptionnelles ainsi qu’une main-d’oeuvre motivée et qualifiée. De même qu’à Balmoral, Bouctouche, Caraquet et Memramcook.

En d’autres mots, si les villes de Dieppe et de Moncton offrent l’avantage d’être stratégiquement positionnées pour accueillir l’arrivée des délégations et présenter les cérémonies d’ouverture, de fermeture et certaines disciplines des Jeux de la Francophonie 2021, répartir des composantes dans d’autres régions permettrait à la province de profiter plus pleinement des retombées de ces investissements. Cette mesure fournirait également l’occasion de faire connaître la diversité de notre territoire et de son économie. Enfin, elle permettrait à l’effort de recrutement des bénévoles en période estivale de mieux réussir (du 23 juillet au 1er août).

Réduire le nombre de disciplines présentées y compris les plus dispendieuses à produire, le soccer masculin par exemple, devrait être considéré. Les Jeux du Commonwealth ne présentent plus ce sport et avec raison si l’on considère les compétitions déjà offertes par le biais des Coupes du Monde de la FIFA, la Coupe d’Afrique, la Coupe d’Europe et les Jeux Olympiques. Avec ces ajustements, il serait envisageable de voir la facture totale réduite substantiellement.

Rappelons-nous que la Francophonie est la seule organisation gouvernementale internationale au sein de laquelle le Nouveau-Brunswick siège de plein droit, et ce depuis 1977, au même titre que les 84 autres membres et observateurs.

Le premier ministre, ainsi que les ministres, les fonctionnaires et les autres experts du Nouveau-Brunswick ont accès à une plateforme représentant 42 % des membres des Nations Unies (80 des 193 États), 61 % des membres de l’Union européenne (17 des 28 États), de même que 57 % des pays que compte le continent africain (31 des 54 États). Cette adhésion à la Francophonie confère au gouvernement et à la communauté d’affaires du Nouveau-Brunswick la possibilité de développer des partenariats et de promouvoir sur la scène internationale son potentiel dans les domaines technologique, environnemental, éducatif, universitaire, collégial, culturel, sportif et économique.

Rappelons-nous aussi que le Canada et le Nouveau-Brunswick furent les hôtes du VIIIe Sommet de la Francophonie en 1999, dans la même Ville de Moncton proposée comme l’une des villes hôtesses de la IXe édition des Jeux de la Francophonie en 2021. Les Jeux de la Francophonie sont uniques en leur genre, où la recherche de l’excellence est aussi importante en sport qu’en culture. Depuis les premiers Jeux en 1989, le Canada a toujours été représenté par une délégation formée de trois équipes, soit Équipe Canada, Équipe Canada-Québec et Équipe Canada-Nouveau-Brunswick.

Notre héritage au sein du monde de la Francophonie est donc bien établi depuis 1977 et c’est tout à l’honneur du Nouveau-Brunswick. Avant de tourner le dos à ces acquis et de lancer la serviette sur ces Jeux, analysons à tête reposée nos options, en repensant aussi l’approche proposée en termes de coûts-bénéfices et d’acceptabilité sociale.

Pour résumer, les opportunités d’affaires et de coopération, ainsi que le rayonnement du Nouveau-Brunswick sur la scène nationale et internationale, doivent être au premier plan des considérations. Notre province, comme toutes les autres, a connu dans son passé des épreuves budgétaires difficiles (les projets Coleson Cove ou Pointe-Lepreau, par exemple). Ces investissements, beaucoup plus risqués et lourds de conséquences, ont quand même été menés à termes.

Ne laissons donc pas la surprise du coût réel des Jeux de la Francophonie en 2021 devenir le seul facteur à considérer dans les décisions qui s’imposent au cours des prochaines semaines. À bien y penser, le développement économique et la promotion du Nouveau-Brunswick et de l’Acadie peuvent réellement profiter de la tenue de ces Jeux, à conditions bien sûr qu’ils soient réorientés avec cet objectif en vue.

À propos…

Roger Doucet est retraité. Il a été sous-ministre de l’Éducation, sous-ministre adjoint des Affaires Intergouvernementales et chef de la délégation de l’Équipe Canada-NB à l’occasion des Jeux de la Francophonie d’Ottawa en 2001.

Benoît Duguay est retraité. Il a été journaliste à Radio-Canada et il est Chevalier de la Légion d’honneur.

Daniel LeBlanc a été fonctionnaire des Nations-Unis. Il est présentement président et fondateur de l’organisme Nation Prospère Acadie qui est vouée au développement de la prospérité en régions acadiennes du Canada atlantique.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s