L’érosion de l’écosystème francophone – Stanley Bordelon

Dans l’espace de quelques semaines, deux vagues anti-francophones sont déferlées sur les côtes de l’Amérique française. D’abord, il y avait l’accusation de Denise Bombardier lors de l’émission Tout le monde en parle, voulant que «toutes les communautés francophones» hors du Québec ont aujourd’hui disparu. Sa déclaration laisse insinuer que les francophones hors du Québec sont trop passifs, n’ont pas la même ardeur que les Québécois à se battre pour la survie de la langue française, et sont dépourvus de la passion nécessaire pour se tenir debout et militer pour sa langue.

Ensuite, nous avons ressenti le ressac causé par le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, qui a annoncé l’élimination du projet de l’université francophone de l’Ontario et du Commissariat aux services en français de la province. La réaction des Franco-Ontariens – et des francophones des quatre coins du continent – a fait mentir Mme Bombardier. Les Franco-Ontariens se sont mis debout et ont forcé le gouvernement Ford à faire marche arrière sur une partie de ses décisions, soit l’élimination du Commissariat aux services en français.

Pourtant, les propos de Mme Bombardier sèment le doute chez les francophones d’Amérique qui vivent dans un environnement francophone fragile et connaissent une situation linguistique précaire. Le cas des Franco-Ontariens, le mois dernier, constitue-t-il une exception à la norme? Mme Bombardier a-t-elle en fin de compte raison? À première vue, ses propos semblent avoir du sens. Après tout, si on considère le cas des francophones de la Louisiane, par exemple, on verra qu’en termes de chiffres bruts, il ne reste que l’ombre d’une communauté autrefois robuste. Joseph Dunn, l’ancien directeur du Conseil du développement du français en Louisiane (notre équivalent du Commissariat aux services en français) constate qu’en 1970, la communauté francophone comptait environ 1 000 000 de locuteurs. Aujourd’hui, ce chiffre a chuté jusqu’à peine 100 000.

La Louisiane a même le déshonneur d’être un nom commun au Québec. La louisianisation signifie le processus simultané de l’abandon de la langue française et de l’assimilation à la culture et à la langue anglaises. Dans la belle province, on évoque souvent l’exemple de la Louisiane pour faire peur aux Québécois qui n’appuient pas l’indépendance, la loi 101, ou une certaine politique linguistique. Mme Bombardier a donc peut-être raison.

Or, il y a plus que les chiffres. La communauté franco-louisianaise ne s’est jamais aussi bien portée qu’en 2018. Aujourd’hui on compte 32 écoles d’immersion française à travers l’état, un programme d’études universitaire pour former des professeurs de français, des centaines de milliers de touristes francophones (du Canada et d’ailleurs) qui visitent la Louisiane chaque année, des commerces qui veulent faire affaire en français, et la cerise sur le gâteau…en octobre dernier, la Louisiane a obtenu le statut d’observateur au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie, ce qui ouvrira la porte des universités francophones à travers le monde aux étudiants louisianais et qui facilitera des échanges commerciaux avec des pays francophones. On est petit, Mme Bombardier, mais on n’est pas encore disparu.

Denise Bombardier a même affirmé fièrement que si on parle français encore aujourd’hui au Québec, c’est grâce au «nationalisme québécois.» Or, il faut renverser cette idée loufoque afin de voir ce qui se passe vraiment. C’est grâce aux francophones «disparus» – ceux de Sudbury, de Scoudouc, de Gravelbourg, de la Pointe-de-l’Église et peut-être même de Church Point en Louisiane – que le Québec demeure une société francophone.

Le géographe Dean Louder appelle ces villages francophones oubliés au fin fond de l’Amérique «l’archipel francophone.» L’archipel francophone est composé de ces petits îlots français éparpillés à travers le continent. D’autres ont décrit l’Amérique du Nord anglophone comme du gruyère : il y a des «trous» francophones partout. Même l’abbé Henri-Raymond Casgrain au XIXe siècle, dans son essai Le mouvement littéraire au Canada a reconnu à la fois l’existence et l’importance «des sociétés de même origine que nous, éparses sur ce continent.» La survie de la langue française au Québec dépend de la santé de cet archipel.

En Louisiane, on en connaît beaucoup sur l’importance des archipels et l’érosion du littoral. Ça fait partie de notre vie quotidienne. On nous dit que la Louisiane perd l’équivalent d’un terrain de football chaque jour à cause de l’érosion. En plus, le problème est aggravé par la montée du niveau de la mer, l’affaissement du terrain et l’activité des entreprises pétrolières qui creusent des canaux dans les marais afin de chercher du pétrole. Ces canaux qui traversent les marais comme des veines  causent des infiltrations d’eau salée qui tue la végétation. Sans végétation, la terre s’érode. Au large, il y a un archipel, ou ce qu’on appelle des «îles barrières.» Celles-ci forment une défense naturelle pour le littoral lorsqu’un ouragan vient s’abattre sur la côte louisianaise. Autrefois, elles protégeaient la terre en réduisant les vents et la puissance de la marée. Aujourd’hui, ces archipels ont presque disparu à cause des nombreuses digues érigées le long du fleuve Mississippi et des canaux creusés pour l’exploration pétrolière. Bref, on a nié l’importance de ces îles et des marais pour l’écosystème. Il en va de même pour ces archipels francophones en Amérique. Sans eux, le Québec serait vraiment seul dans «une mer anglophone.»

La réalité est que le français en Louisiane est plus menacé à cause de la perte de son environnement, et en particulier ces «îles barrières» que par l’invasion anglophone. La nation Houma, des francophones, est parmi les premiers «réfugiés climatiques» du monde. Le fait que leur communauté est en train de sombrer dans le golfe du Mexique aura des conséquences profondes sur leur langue et leur culture. Si les «îles barrières» et les marais étaient toujours là pour amortir les effets destructeurs du prochain ouragan, ils survivraient peut-être, mais sans ces défenses, l’avenir pour eux est chétif, voire sans lendemain. De même, sans l’archipel francophone, l’avenir du français au Québec s’avère précaire. Mme Bombardier vient de faire comme une compagnie de pétrole : elle a creusé un canal au cœur de l’archipel francophone juste avant l’arrivée de l’ouragan Doug. Si on continue comme ça, un jour le Québec va vraiment se retrouver tout seul, mais ce ne sera pas la victoire que Mme Bombardier imagine.

À propos…

Stanley Bordelon est un francophone originaire des Opelousas en Louisiane. Il a étudié à l’Université Laval dans le cadre de sa maîtrise en littératures française et québécoise. Il habite maintenant à Bâton-Rouge avec sa femme et leurs quatre enfants qui sont tous fiers de parler français.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s