Quelques réflexions sur l’adhésion de la Louisiane à l’OIF – David Cheramie

Bannière_La Filière Louisiane

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

La nouvelle est arrivée, comme il se doit de nos jours, dans un Tweet : «@OIFfrancophonie. Bienvenue à la #Gambie, à l’#Irlande, à la #Louisiane (É. U.) et à #Malte comme observateurs de la Francophonie! #SommetEVN2018.». Depuis que le dossier de candidature fut posé en avril, on attendait avec impatience son acceptation. Je n’avais pas de vraies craintes qu’on soit rejeté, mais comme l’histoire de la Louisiane francophone est remplie de rendez-vous manqués, l’ombre du doute planait quelque part au fond de mon esprit.

Cette annonce tant attendue a résonné en moi comme le soulagement d’une démangeaison de longue date. J’ai attendu ce moment depuis que j’ai appris le mot Francophonie et ce qu’il représentait.

Le Tweet de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Comme le hasard fait bien les choses par fois, notre candidature a été acceptée en même temps que les Festivals acadiens et créoles reconnaissaient les contributions d’un monsieur que l’histoire aurait pu oublier si ce n’était pas pour le travail de plusieurs personnes. Caesar Vincent était un simple fermier dans la paroisse de Vermillon qui gardait dans sa mémoire des dizaines et des dizaines de chansons dont certaines remontaient au Moyen-Âge. Elles ont été transmises de bouche à l’oreille pendant des siècles. Quelqu’un lui a montré ces chansons, tout comme ces gens ont appris de quelqu’un d’autre.

Pour une raison ou une autre, il ne les a pratiquement pas transmises à personne, malgré le fait qu’il ne se gênait pas de les chanter à tout moment, même dans des circonstances les plus inappropriées. Si Harry Oster et Catherine Blanchet ne l’avaient pas enregistré à deux occasions différentes dans les années cinquante, on n’aura pas le trésor qu’on peut entendre encore aujourd’hui.

Quand je suis rentré de mon premier séjour en France grâce au CODOFIL en 1982, je pouvais enfin parler en français avec le seul grand-parent qui me restait, ma grand-mère paternelle, Estella Pitre Cheramie. Cette femme que j’avais toujours entendu s’exprimer dans un anglais approximatif et, à vrai dire, un peu embarrassant pour moi, s’était transformé en une des personnes les plus drôles et éloquentes que j’ai jamais connues.

Par exemple, une fois je l’avais prise dans ma voiture pour l’amener je ne me rappelle plus où. La circulation était lente, presqu’arrêtée. Je lui dis, «Le monde va doucement, hein?» Elle me répond, «Ouais, le monde est après naviguer leur char comme des crabes molles!» Encore aujourd’hui j’appelle des conducteurs qui roulent trop lentement des crabes molles. Il y a un tout un aspect de sa vie que je n’aurais jamais connu si ce n’était pas pour l’effort d’une poignée de gens pour ramener le français en Louisiane du bord du précipice avant qu’il ne tombe dans l’oubli.

Photo d’Estella Pitre Cheramie.

Je ne sais pas pourquoi M. Vincent n’a pas appris ses chansons aux gens autour de lui. Néanmoins je peux imaginer que c’est en grande partie parce que peu de gens avaient envie de les apprendre. Encore aujourd’hui, qui a le temps, voire la durée d’attention, d’apprendre une chanson à vingt-cinq couplets?

Il était bien populaire dans les veillées d’autrefois, avant que la télévision ne devienne l’agente d’assimilation vers la culture anglo-américaine, avant que l’industrie pétrolière ne fasse la promesse d’une vie meilleure que celle d’un fermier de subsistance, avant que les petits Louisianais ne soient bûchés à l’école et obligés d’écrire ces «sacrées lignes» – I will not speak French on the school grounds – pour avoir parlé une langue qui leur avait été transmise depuis la nuit des temps.

Grâce à une technologie nouvelle à l’époque, la bande magnétique, nous avons une collection de ses chansons que des artistes contemporaines ont ré-imaginées et réinventées sous forme numérique. La chaîne de la transmission de notre culture à plusieurs égards est cassée irrémédiablement à cause de l’arrivée brutale de la modernité; grâce à d’autres technologies, on a pu sauvegarder quelques graines à planter pour la prochaine récolte.

Le drapeau de la Francophonie.

«C’est bien beau tout ça, mais quel est le rapport avec la Louisiane et l’OIF?», vous êtes sans doute en train de vous demander.

Comme on l’a vu, la technologie n’a rien de mal en soi; tout dépend de comment on l’utilise. Internet et les médias sociaux jouent déjà un grand rôle pour les jeunes Francophones louisianais qui ont le plus à gagner de notre statut de membre observateur.

L’entrée de la Louisiane au sein de l’OIF est comme ce disque compact que j’ai acheté. J’entends les échos de la voix d’un homme né au XIXe siècle qui reçoit enfin sa juste reconnaissance au XXIe. Avec la Louisiane assise à la table de la Francophonie, j’entends la résonance de la joie et des peines, des pleurs et des rires, des histoires et des mythes d’une langue française en Louisiane qui a failli se voir reléguée aux oubliettes. On est assis à la table des grands, tout farauds, tout faquins, et tout fiers de servir notre gombo aux autres conviés, à prendre des nouvelles des cousins lointains, à découvrir de nouveaux amis, à faire le bilan et à planifier un meilleur demain pour nous et pour nos enfants, tout en français.

À propos…

David Cheramie est l’auteur de trois recueils de poésie, dont le plus récent, L’Allée du souvenir (Perce-Neige) est paru en 2017. Il est membre de l’Ordre des Francophones d’Amérique et chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Il a un doctorat de l’Université de Louisiane à Lafayette en études francophones. Anciennement directeur exécutif du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), il est à présent PDG du District Bayou Vermilion qui, entre autres, gère le musée d’histoire vivante Vermilionville à Lafayette. Il aime ses chats, mais ils ne l’aiment pas pour une raison obscure.

Publicités

3 réponses à “Quelques réflexions sur l’adhésion de la Louisiane à l’OIF – David Cheramie

  1. Compagnons, insoumis des heures noires,
    nous avons tout de même semé,
    et toute bonne graine honore le semeur.
    La moisson est proche…

    Glenmor

  2. Votre article est très intéressant. Merci de faire perdurer la langue française en Louisiane. Et bon courage dans les embouteillages pleins de crabes molles !

  3. Pingback: Quelques réflexions sur l’adhésion de la Louisiane à OIF (David Cheramie) – Les Carnets Nord/Sud·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s