Wela’lioq : lettre acadienne aux Mi’gmaq – Ricky G. Richard

Écrite le 21 juin 2017
Au cœur du Mi’gma’gi

Wela’lioq. Merci au peuple Mi’gmaw et à leurs ancêtres.

Merci d’avoir été à nos côtés lors du plus sombre moment de ma patrie, le Grand Dérangement, aussi connu comme la Déportation des Acadiens.

J’existe aujourd’hui en raison des Mi’gmaq et je veux les remercier. Je leur dois ma vie et c’est une dette impossible à rembourser.

Je n’étais pas là en septembre 1755, à Grand-Pré. Je ne peux qu’imaginer l’horreur du déchirement : des maris séparés à jamais de leurs épouses et enfants. Des hommes entassés sur les navires de la Couronne britannique ont dû dire adieu à leur Acadie bien-aimée. Savaient-ils alors qu’ils ne pourraient regagner les terres que leurs ancêtres avaient cultivées depuis plus d’un siècle?

L’enracinement et la déchirure

Mes ancêtres acadiens avaient décidé, à peine remis du Traité d’Utrecht de 1713, qu’ils accepteraient une gouvernance britannique et deviendraient même des sujets de la Couronne. Ils ne voulaient pas, cependant, prêter un serment d’allégeance qui exigerait qu’ils prennent les armes pour défendre la Couronne ou pour combattre les ennemis pressentis. Ils ne voulaient pas se battre contre leurs frères et sœurs ou leurs amis autochtones qui les ont accueillis sur leur territoire. Ces braves Acadiens étaient dérisoirement désignés comme French Neutrals.

J’ose espérer, sans en être sûr, que mes ancêtres furent parmi les premiers pacifistes européens en Amérique du Nord. Ce que l’on sait, selon l’histoire écrite, est que bien trop d’Acadiens ont payé de leur vie pour cette bravoure. Ils furent dépossédés et déportés, bien avant l’ère des exodes de masse ou des horribles guerres européennes qui ont profondément marqué le 20e siècle.

Les Acadiens forment un peuple admirable, mais souvent oublié, réduits à une note de bas de page dans les manuels d’histoire. Trop de personnes ignorent la profonde souffrance et le fardeau qu’a dû endurer ce peuple des siècles durant. Si vous croisez une fière Acadienne ou un fier Acadien aujourd’hui, il faut savoir que leurs ancêtres n’étaient que l’ombre d’eux-mêmes lors des années qui ont précédé et suivi la Conquête de 1759.

Tipi et église-commémorative au Lieu historique national du Canada de Grand-Pré. Photo prise en août 2017 à l’occasion des fêtes-retrouvailles Grand Pré 2017. Crédit photo : Ricky G. Richard.

Exode et protection

Comment se fait-il qu’il existe aujourd’hui des Acadiennes et des Acadiens au Canada Atlantique et ailleurs? C’est grâce aux Mi’gmaq qui nous ont accueillis et protégé tandis que les Britanniques, à nos trousses, voulaient déporter tous les habitants d’Acadie. Il y a eu des escarmouches et les Acadiens et Mi’gmaq ont combattu. Les Abénakis et probablement d’autres comme les Malécites furent aussi impliqués, mais avec peu de succès.

L’histoire n’était guère en notre faveur et la seule option était de battre en retraite. Les enfants, les femmes et les hommes ont fui et se sont repliés vers les bras si accueillants des Mi’gmaq. De courageux hommes et femmes autochtones ont protégé ces Acadiens déracinés. Ils ont réussi à accueillir plusieurs de ces gens qui fuyaient l’horreur, qui vivaient bien malgré eux un exode massif. L’ensemble de l’Acadie fut touché. Une nation tout entière fut arrachée à la terre que les habitants avaient aimée et vénérée.

Je n’ai pas d’amertume ou de ressentiment envers les Britanniques ou leurs descendants qui sont devenus mes concitoyens. Reconnaître le passé ne veut pas dire qu’il faille laisser les gestes horribles définir qui nous sommes en ce moment. On se rappelle, on honore, on pardonne, si l’on en est capable. Nous acceptons et affrontons l’avenir, ensemble.

Mais ce triste épisode de mon peuple est de l’histoire ancienne au regard des souffrances profondes et soutenues que les peuples autochtones ont subies depuis lors et vivent même aujourd’hui.

Ce territoire n’était nullement le nôtre. C’était le territoire traditionnel et actuel des Mi’gmaq. Ils y vécurent des milliers d’années avant même que Samuel de Champlain imagine traverser l’Atlantique à la recherche de nouvelles contrées et pour la traite de fourrures. Fidèle à leurs croyances et façons de vivre, les Mi’gmaq et d’autres peuples autochtones ont accueilli Champlain en 1604, ainsi que les Acadiens qui arrivèrent en plus grand nombre après 1630.

La dette d’une vie

Je ne peux qu’imaginer le déroulement des événements. Comment les Acadiens ont-ils pu échapper aux fers? Est-ce que les Mi’gmaq leur ont offert refuge pour bien longtemps? Qu’est-ce qui fait en sorte que je ne suis pas un Cajun? Qui a sauvé la vie de mes ancêtres? Je ne le saurai jamais, mais il y a de fortes chances que leurs descendants vivent tout juste à côté de moi depuis ma tendre enfance.

Je n’ai jamais eu le courage ou la force de caractère de remercier le peuple Mi’gmaw ni même le dire à une personne en chair et en os. À qui dois-je m’adresser? Qui m’écouterait? Si j’ai du mal à aborder le sujet avec une seule personne, comment puis-je remercier un peuple en entier?

Les Mi’gmaq forment une fière nation. À l’image de l’Acadie, elle fut bâtie grâce au travail et à la détermination de femmes et d’hommes qui se sont serrés les coudes. Chacun de ces peuples a survécu en dépit des circonstances historiques difficiles. Nous sommes le résultat de nos expériences de vie, mais aussi d’événements fortuits qui nous dépassent.

Ma vie leur appartient, mais j’ai honte de la façon dont nous avons traité les Mi’gmaq. Nous les avons dépossédés de leurs terres, leurs moyens de subsistance, leurs traditions, leur dignité. L’histoire nous enseigne que trop d’injustices se sont abattues sur un peuple aussi généreux qu’accueillant.

Territoire nourricier

Cette parcelle de Terre Mère qu’ils ont choisi d’habiter est majestueuse. Ce territoire s’étend de l’île du Cap-Breton (Unama’ki), le long de la côte de Nouvelle-Écosse jusqu’à la vallée d’Annapolis (le cœur de la vie acadienne au début du 18e siècle); du bassin du fleuve Saint-Jean (Wolostok) des Malécites, jusqu’à celui de la rivière Aboujagane; de l’actuelle péninsule acadienne jusqu’aux côtes de la Gaspésie. Nous devrions, pour respecter leur langue, dire Gespe’g. Ce mot est dérivé de gespaqami’g, qui veut dire «le bout du monde».[1]

Ce vaste territoire et les eaux qui l’entourent sont leur pays. Nous devrions tous apprendre à le dire respectueusement et avec déférence : Mi’gmaq, le peuple; Mi’gma’gi, le territoire; Mi’gmewei, relatif à ou qui appartient aux Mi’gmaq.

Ils ont accueilli les Acadiens sur leur territoire il y a quatre cents ans. Ils nous ont offert refuge, nourriture et plusieurs techniques de survie qui leur furent léguées depuis d’innombrables générations. Ils nous ont fait une place lorsque, les décennies suivant le Grand Dérangement, les Acadiens ont pu rentrer au bercail pour s’établir à nouveau. Ils ont partagé leur territoire et nous ont enseigné leurs façons de vivre.

Au cœur cette nature sauvage qui deviendra plus tard le Canada, les peuples autochtones nous ont montré comment survivre et à vivre de la terre. Ils nous ont redonné notre humanité à une époque où une personne laissée seule en nature pouvait très bien en mourir. Ils ont partagé leur médecine traditionnelle et sont devenus nos amis.

Tipi et église-commémorative au Lieu historique national du Canada de Grand-Pré. Photo prise en août 2017 à l’occasion des fêtes-retrouvailles Grand Pré 2017. Crédit photo : Ricky G. Richard.

De l’amitié à l’oubli

Les années ont contribué à l’éloignement progressif de ces deux peuples qui auraient dû rester soudés. Ce qui n’était qu’un petit fossé semble s’être creusé en un gouffre. Il est tragique que les Mi’gmaq et les Acadiens aient oublié toute la force de l’amitié qu’ils avaient tissée ensemble dans le passé. Nos liens historiques d’amitié ne sont guère racontés en public, encore moins bien compris par nos contemporains.

De quelle façon les Canadiens ont-ils remercié les peuples autochtones? Nous insultons leur intelligence. Nous les avons dépossédés de presque tout ce qu’ils avaient. Nous les avons entassés sur des petites parcelles de terre. Celles-ci n’ont aucune commune mesure avec la richesse des territoires, des océans et la nature avec laquelle ils ont vécu en harmonie et se sont imprégnés depuis des millénaires, bien avant l’arrivée des Européens.

Aujourd’hui, mes compatriotes acadiens sont bien plus nombreux que leurs voisins Mi’gmaq, mais ne viennent pas toujours à leur rescousse. Quelques-uns le font avec dévouement et vigueur en dépit de l’énormité des défis.

Notre longue amitié avec les Mi’gmaq devrait se renouveler et s’enrichir au lieu de s’amenuiser. Nous devrions nous tenir debout, en solidarité avec eux. Leurs luttes sont aussi les nôtres. Leur épreuve actuelle est tout aussi critique qu’était la nôtre en 1755. Nous devrions tous nous lever, ensemble.

Reconnaissance

Alors je dis merci aux Mi’gmaq, à chacune et chacun d’entre vous : Wela’lioq. Que ce cher Mi’gma’mi que vous avez partagé avec moi et mes ancêtres devienne véritablement vôtre un jour.

J’ose espérer que vous, fidèles à votre nature accueillante, accepteriez que vos amis acadiens vivent à côté de vous, se lèvent avec vous et apprennent de votre sagesse, tout comme vos ancêtres ont fait avec les miens dans le passé.

Signée par :
Le descendant de Michel R. et de Madeleine B., du côté paternel; ainsi que de Michel B. et Michelle A., du côté maternel.

[1] Vous pouvez consulter le dictionnaire mi’gmaw en ligne : https://mikmaqonline.org/

À propos…

Ricky G. Richard, originaire de Haute-Aboujagane au Nouveau-Brunswick, est diplômé en science politique de l’Université de Moncton et l’Université Laval. Il a aussi étudié et enseigné en science politique à l’Université d’Ottawa. Il est fonctionnaire fédéral, ayant travaillé au Commissariat aux langues officielles du Canada pendant plus d’une décennie. Il réside à Québec mais revient fréquemment en Acadie auprès des siens. Twitter : @rickygrichard . Blogue : rickygrichardblog.wordpress.com .

Publicités

3 réponses à “Wela’lioq : lettre acadienne aux Mi’gmaq – Ricky G. Richard

  1. Pingback: Wela’lioq. Lettre acadienne aux Mi’gmaq | Ricky G. RICHARD·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s