Français or English : des livres bilingues pour les jeunes lecteurs – Myriam Richard

Rideau rouge et pignons verts : une excursion dans le monde du théâtre

Crédit photo : Bouton d’or Acadie.

Connaissez-vous un enfant qui rêve de pratiquer un métier des arts de la scène? Est-il adepte de théâtre, de comédie musicale ou de danse? Est-ce que l’univers d’Anne… la maison aux pignons verts, le roman de Lucy Maud Montgomery, le fascine? Eh bien, réjouissez-vous! J’ai l’album jeunesse qu’il lui faut : Rideau rouge et pignons verts de Michel Bourque, illustré par Jean-Luc Trudel.

Publié cet été chez Bouton d’or Acadie, ce livre est également disponible en anglais sous le titre Meet Me at Green Gables. Il raconte l’histoire d’amitié entre Gracie Finley et Glenda Landry, les interprètes d’Anne et de Diana respectivement, dans la comédie musicale Anne… la maison aux pignons verts, inspirée du roman de Montgomery. Gracie et Glenda, originaires de l’Île-du-Prince-Édouard, ont joué ces rôles pendant plus longtemps que toute autre actrice. Gracie a joué le rôle d’Anne de 1968 à 1974, ainsi qu’en 1984 et 1985. Glenda, pour sa part, a joué le rôle de Diana entre 1970 et 1991.

Rideau rouge et pignons verts décrit la passion pour le chant et la danse qui se développe chez les jeunes Gracie et Glenda. En parallèle, Bourque raconte la construction et l’ouverture du Centre des arts de la Confédération de Charlottetown pendant les années 1960. C’est notamment sur les planches du théâtre de ce centre que Gracie et Glenda commencent leur carrière artistique.

Cet album se démarque par la richesse de son vocabulaire imagé et par les magnifiques illustrations de Jean-Luc Trudel, qui rappellent l’aquarelle. Les lecteurs, jeunes et moins jeunes, sauront certainement apprécier cette excursion dans les coulisses du théâtre, surtout ceux qui, comme moi, adorent le roman Anne… la maison aux pignons verts et les comédies musicales.

Pour terminer, Rideau rouge et pignons verts nous montre l’importance de suivre ses rêves et de vivre pleinement sa passion… une bien belle leçon!

Griffette sauve la forêt : solidarité, entraide et protection de l’environnement

Crédit photo : La Grande Marée.

Un autre album jeunesse a récemment été publié en français et en anglais : Griffette sauve la forêt / Clawdy Saves the Forest de Jean-Claude Basque, illustré par Anne-Marie Sirois, qui a également écrit et illustré Riette l’assiette et signé les illustrations pour Le Doubas show. Dans ce cas-ci, pourtant, il s’agit d’un seul volume, mais dans les deux langues.

Paru chez La Grande Marée, Griffette sauve la forêt raconte l’histoire d’une ourse qui se donne comme mission de protéger son habitat des griffes de l’abatteuse Avale et de ses compatriotes débusqueuses et chargeuses à bois, qui menacent de couper à blanc la forêt.

Suivant sa première rencontre avec Avale, Griffette, sous le choc, réunit ses amis. Castors, mouffettes et hérons se rassemblent pour trouver un moyen de tenir tête à ces méchantes machines. S’ensuivra un combat entre animaux et machineries lourdes, duquel les animaux en sortiront vainqueurs.

Alors que les machines sont endormies, les animaux s’attaquent à leurs pneus, réservoirs, capots, etc., afin de les rendre hors service. Soudain, Avale se réveille et menace d’exterminer Griffette, qui se sauve en courant. L’orignal arrive à la rescousse de Griffette en prenant d’assaut l’abatteuse. Les animaux, soulagés, célèbrent leur victoire et leur solidarité.

Quoique les intentions derrière Griffette et la forêt semblent louables, j’ai eu l’impression que cet album manquait à sa mission. Les valeurs de solidarité et d’environnement auraient dû être centrales au récit, mais malheureusement, c’est la destruction violente des machines qui reste au premier plan. On termine la lecture avec un goût amer dans la bouche, sans véritable enthousiasme ou attachement pour les animaux, qui ont été tout aussi cruels qu’Avale l’abatteuse et ses compatriotes métalliques. Peut-être aurait-il été préférable de donner le ton en développant davantage le personnage de Griffette et la situation initiale, au lieu de sauter directement dans l’action?

Néanmoins, Griffette et la forêt est bien écrit et illustré, et saura définitivement amorcer, dans votre famille, une conversation sur la solidarité, l’entraide et la protection de l’environnement.

  • Bourque, Michel, Rideau rouge et pignons verts / Meet Me at Green Gables, illustrations de Jean-Luc Trudel, Moncton, Bouton d’or Acadie, 2017, 20 p.
  • Basque, Jean-Claude, Griffette sauve la forêt / Clawdy Saves the Forest, illustrations d’Anne-Marie Sirois, Tracadie, La Grande Marée, 2017, 44 p.

À propos…

Originaire de Moncton, Myriam Richard détient un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires de l’Université de Moncton. Installée à Fredericton depuis quelque temps, elle travaille dans le domaine de l’éducation et du développement communautaire. Elle aime les livres, les jeux de mots et les rencontres inusitées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s