Chronique jeunesse : Contes et aventures à La Grande Marée – David Lonergan

Les Éditions La Grande Marée publient régulièrement des livres pour la jeunesse sans que cela soit leur principal créneau. Par contre, ils choisissent autant que possible des œuvres écrites par des auteurs de la Péninsule acadienne, ce qui leur donne une couleur particulière. Ainsi en est-il de Jean-Claude Basque, de Louÿs Pitre et du regretté Claude Le Bouthillier.

Jean-Claude Basque

Jeunesse7_oeufs Petitcodiac

Crédit photo : Éditions de La Grande Marée.

Jean-Claude Basque a choisi le roman policier pour sa série « BecFuté enquête ». Dans Disparition de Rondine, le petit raton laveur (2011), la mésange BecFuté, chef de la police animale de Moncton, doit retrouver Rondine, disparue durant la nuit. Comme dans les autres enquêtes, Moncton est très présente dans cette aventure et les lieux sont nommés : la dernière fois qu’on a vu Rondine, elle était au coin des rues Clark et Henry, BecFuté se rappelle l’enquête sur « la destruction de la cabane des castors installée près du ruisseau Humphrey » (p. 17), et ainsi de suite. Cette mise en contexte donne un caractère réaliste à ce qui pourrait très bien être un dessin animé : après tout, si des voitures peuvent parler et ressentir des émotions, pourquoi pas une mésange qui doit s’habiller chaudement pour quitter son petit appartement blotti dans le creux d’un arbre?

L’enquête se déroule rondement et se termine bien, mais c’est l’environnement dans lequel évoluent les animaux qui donne son charme au récit. Ceux-ci vivent dans un monde parallèle à celui des humains et possèdent une technologie de pointe comme le prouve « l’iBrindille », le nouveau portable de BecFuté qu’elle « branche sur la toile d’araignée centrale du Quartier général ».

À la rescousse de PoilGris (2012) reprend la même structure narrative que son prédécesseur : un problème, une enquête qui passent par l’identification de quelques indices, des rencontres et des soupçons, puis à la solution. Dans cette aventure, les écureuils du parc du Centenaire sont aux prises avec un voleur de nourriture alors que l’hiver approche. BecFuté confie l’enquête au commissaire du « quartier », l’écureuil PoilGris, mais celui-ci est assommé alors qu’il découvre des indices importants, et il sombre dans le coma. BecFuté n’a d’autre choix que de mener l’enquête. Durant celle-ci, elle rencontre le renard Oeilclair, le vieil écureuil Dosraide, la famille de mulots de Nezfin et de Poilhérissé, un ourson, un épervier de Cooper. En recoupant les informations, elle réussit à arrêter le muscardin belge Muscat, qui s’est retrouvé à Moncton bien malgré lui et qui a volé de la nourriture pour assurer sa survivance. Une amusante histoire qui fait partie de la sélection 2014 de Communication-Jeunesse, un organisme culturel consacré à la promotion de la littérature jeunesse francophone au Canada.

L’énigme des œufs de la Petitcodiac (2015) introduit un nouveau personnage, Codie, un jeune rat musqué à la parole facile, au grand dam de BecFuté. Six couples d’oiseaux, installés sur les bords de la Petitcodiac, ont constaté qu’un œuf d’une espèce inconnue a été déposé dans leur nid parmi leurs propres œufs. Ils menacent de s’en débarrasser. Parallèlement, la Fête annuelle des animaux se termine avec le célèbre concours de surf sur la rivière. Rapidement, BecFuté identifie les œufs comme étant ceux d’une poule, que Codie retrouve. Comme toutes les autres enquêtes, celle-ci se termine bien. Le coupable, le raton laveur Œilmasqué les avait volés puis déposés dans d’autres nids afin qu’ils ne soient pas dévorés par des humains. Une bonne action en soi, mais malhabile dans les circonstances : ces œufs n’étaient pas destinés à terminer leur « vie » en omelette.

Les nombreuses illustrations de Denise Paquette ajoutent une fantaisie qui complète bien le texte. Je suis persuadé que les lecteurs de Moncton regarderont autrement leur ville et que ceux des autres villes et villages se demanderont qui dirige chez eux la police animale.

Enfin, les animaux « prédateurs » le sont encore, contrairement à ce qui leur est arrivé dans le film Zootopia (2016) de Disney, par exemple. Ainsi le renard, paresseux, avoue qu’il espérait trouver des animaux morts pour se nourrir plutôt que de chasser (À la rescousse de PoilGris, p. 37). Mais ils ne chassent que par nécessité.

Claude Le Bouthillier

Jeunesse7_Sikitoumkeg

Crédit photo : Éditions de La Grande Marée.

Le projet d’écriture de Sikitoumkeg (2015) de Claude Le Bouthillier est ambitieux : rassembler en un tout plusieurs légendes amérindiennes, tout en rappelant le destin des Acadiens.

Le récit se développe autour des jumeaux, Cœur étoilé et Cœur azuré, nés de l’union d’un chef Mi’kmaq et d’une Montagnaise à Sikitoumkeg, terme qui signifie, nous apprend l’auteur, « là où la baie court vers la mer » (p. 16), soit la région du fond de la baie des Chaleurs. Lors d’un voyage en mer, leur canot coule. Cœur étoilé est sauvé par un second canot et reçoit le surnom d’Oganoteg (« sauvé des eaux »). Des dauphins transportent Cœur azuré sur l’île Epekwitk où elle est recueillie par des Montagnais dont le campement principal est au Royaume de Saguenay. Elle y est adoptée par le chef du clan qui la nomme Mistouka (« petite princesse du Royaume »).

Les jumeaux ont des dons et auront comme mission de réanimer la lumière émise par un cristal aux pouvoirs protecteurs qui apporte « amour, solidarité, créativité, résilience et débrouillardise » (p. 17) aux gens. L’intrigue introduit différentes légendes, toutes intéressantes, mais qui diluent la quête des jumeaux. L’ensemble est touffu, comme si l’auteur n’avait pas trouvé le moyen d’unifier son récit. Par contre, le texte est habité par le grand respect de Le Bouthillier pour les Amérindiens.

Louÿs Pitre

Jeunesse7_trésor Jack Simon

Crédit photo : Éditions de La Grande Marée.

Comme pour Sikitoumkeg, les deux ouvrages de Louÿs Pitre sont illustrés par Réjean Roy. Ses illustrations sont nombreuses et certaines sont de véritables tableaux, enrichis par une palette de couleurs qui met en relief les situations clés des livres. Les livres sont imprimés sur un papier glacé qui contribue à rehausser leur luminosité. Dommage que son nom ne figure pas sur les pages couvertures.

Feuille de lune et la Tribu des mots (2012) raconte l’histoire d’un narrateur qui se promène en forêt espérant y trouver l’inspiration pour écrire un poème à celle qu’il aime, Annabelle. Chemin faisant, il rencontre la fée Feuille de lune qui lui suggère de se rendre où trois bouleaux entourent une roche plate. Là, il assiste au discours du Verbe qui s’adresse aux autres constituants de la langue (Noms, Adjectifs, Pronoms, etc.), leur rappelant leurs fonctions au sein de la phrase et les rôles qu’ils ont à y jouer. Une leçon de grammaire présentée sous la forme d’un conte. L’inspiration vient alors, et il compose un poème qui prend la forme de mots cousus sur une écorce de bouleau.

Dans Le trésor de Jack Simon (2014), le narrateur a reçu un message de son ami Jack Simon, lui disant qu’il est maintenant temps d’aller récupérer ce qu’il lui avait demandé d’enterrer. La première boite recèle des bijoux, des pierres précieuses et d’autres éléments, dont un message placé dans une bouteille. Ce message est codé et conduit à une seconde boite dans laquelle il découvre un second message et un exemplaire du Petit Prince dont les pages ont été découpées et remplacées par des pépites d’or et une lettre invitant le narrateur à rejoindre Jack au Panama. Les lecteurs doivent décoder les messages et, pour les aider, l’auteur donne le tableau de conversion à la fin du récit. Le tout enrobé d’un chien qui parle, d’un auguste bouleau à qui le narrateur a donné le nom de Sénateur, d’une nature et d’une faune très attentive à la quête du narrateur. Le roman devient conte et par instants on croit entendre Louÿs Pitre.

Un glossaire et des activités pédagogiques complètent ces textes.

  • Basque, Jean-Claude [texte], Denis Paquette [illustrations]. BecFuté enquête… À la rescousse de PoilGris, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2012, 88 p.
  • Basque, Jean-Claude [texte], Denis Paquette [illustrations]. BecFuté enquête… Disparition de Rondine, le petit raton laveur, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2011, 61 p.
  • Basque, Jean-Claude [texte], Denis Paquette [illustrations]. L’énigme des œufs de la Petitcodiac, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2015, 100 p.
  • Le Bouthillier, Claude [texte], Réjean Roy [illustrations]. Sikitoumkeg. Là où la baie court à la mer, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2015, 72 p.
  • Pitre, Louÿs [texte], Réjean Roy [illustrations]. Feuille de lune et la Tribu des mots, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2012, 48 p.
  • Pitre, Louÿs [texte], Réjean Roy [illustrations]. Le trésor de Jack Simon, Tracadie-Sheila, La Grande Marée, 2014, 64 p.

 À propos…

David Lonergan1David Lonergan a vécu en Acadie de 1994 à 2014. Il habite aujourd’hui en Gaspésie. Il a travaillé dans divers domaines : théâtre, journalisme (écrit, radio, télévision), enseignement (au secondaire puis à l’universitaire). Il a publié plusieurs livres dont plus récemment aux Éditions Prise de parole, Paroles d’Acadie : anthologie de la littérature acadienne 1958-2009 (2010), Acadie 72 : naissance de la modernité acadienne (2013) et Théâtre l’Escaouette 1977-2012 (2015).

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s