La précarité des artistes en Acadie – Joannie Thomas

L’été est synonyme de festival.

Les festivals sont des événements particulièrement profitables pour les artistes. Or, les places y sont souvent limitées et plusieurs doivent se battre incessamment pour figurer dans leur programmation. D’autres, par le biais du vedettariat, d’un réseau de contacts ou par leur séniorité, s’y glissent sans soucis. C’est clair que les organisateurs veulent attirer les foules (sinon, à quoi bon y mettre toute cette énergie?), on les comprend, mais à quel prix?

Combien d’artistes «locaux» y figurent?

Combien d’artistes de la relève?

Est-ce que c’est seulement le domaine de la musique qui y est privilégié?

Est-ce qu’on y encourage les amateurs et/ou les professionnels?

Est-ce qu’on y voit des manifestations de créations de qualité ou du contenu facile?

Nous assistons à l’appauvrissement lent et graduel du milieu culturel et artistique. Et les artistes en paient directement le prix. Ce n’est bien sûr que la pointe de l’iceberg, car nous avons là un problème qui va bien au-delà des festivals.

Ce que je constate à mon grand malheur, comme je suis moi-même artiste de théâtre, c’est que les gens qui «travaillent pour les artistes» vivent, quant à eux, très bien. Quand on regarde les établissements professionnels, les réseaux de diffusion, les associations, les festivals, les producteurs, les agences, les salles de spectacle ou encore le Conseil des Arts, on y voit des administrateurs, des directeurs, des conseillers, des agents, des gestionnaires ou des recherchistes, par exemple, avec des salaires confortables et viables. C’est la bureaucratie qui gagne! Et les artistes sont en bas de la chaîne, comme de véritables quêteux, à se battre pour la petite pointe du gâteau qui leur permettra de vivre quelques jours (ou quelques semaines, s’ils sont chanceux) pendant qu’ils se font pomper leur créativité comme des vaches à lait…en plus d’être en compétition avec leurs confrères et consœurs qui méritent tout autant leur part!

Je me permets de citer librement Serge Brideau, du groupe Les Hôtesses d’Hilaire, à son passage à l’émission Format Libre à Radio-Canada le 21 juin 2018, comme je trouve qu’il a le mot juste : «On est complètement dépendant des subventions. Je m’attendais à une révolution en politique culturelle (avec l’élection de Trudeau). J’aimerais revenir à une époque où on a une indépendance financière et qu’on ne survit pas d’une subvention à l’autre. On fait travailler du monde. Je ne comprends pas qu’on n’a pas de retour sur ce qu’on contribue à la société. Il faudra collectivement qu’on commence à réfléchir : « Est-ce qu’on veut des arts? Est-ce qu’on veut de la musique pis qu’on veut que ça continue à exister? » Si on veut que les arts continuent, faudra qu’on revoit notre façon de rémunérer les artistes. Si c’est complètement décourageant (de poursuivre une carrière artistique), […] on perd peut-être le potentiel d’avoir le prochain Félix Leclerc. Ça me fait mal de penser à ça.»

Moi aussi, ça me fait mal.

Je lève mon chapeau bien haut à tous ceux et celles qui travaillent d’arrache-pied à l’épanouissement des artistes. Vous savez qui vous êtes. Merci.

Maintenant, notre cheval de bataille est la reconnaissance du statut de l’artiste. C’est notre salut qui pourra nous libérer des chaînes de la pauvreté monétaire et nous permettre de nous concentrer sur ce qui compte : créer.

«Le concept du statut de l’artiste a été lancé dans les années 1970 lors d’un processus entrepris par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) afin de faire de la recherche et de discuter de l’état des artistes dans le monde. […] Dans la recommandation, l’UNESCO recommande que les gouvernements mettent en place et mettent en œuvre des politiques pour reconnaître le rôle fondamental que jouent les artistes dans nos sociétés, pour encourager l’expression artistique en réagissant à la façon de travailler unique qu’ont les artistes et pour améliorer le statut économique, social et politique des artistes professionnels.[1]»

Ne serait-il pas merveilleux d’être rémunéré de manière juste pour notre travail et de bénéficier des mêmes avantages sociaux que les autres travailleurs de notre société?

Il n’est pas surprenant de voir que les pays où la culture et les arts fructifient sont ceux qui prennent le plus soin de leurs artistes. Au Luxembourg et aux Pays-Bas, par exemple, les artistes de faible revenu ont droit à l’aide sociale. Et dans plusieurs pays, il existe une exonération fiscale (dispense de payer la taxe d’habitation ou la taxe foncière ou encore de payer de l’impôt sur le revenu) pour les professionnels.

Les modèles à suivre sont nombreux…suffit que nos politiciens aient la volonté d’emboîter le pas. L’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) s’est déjà penchée sur le dossier. Pourtant, rien ne semble avoir bougé. Manque de persévérance de leur part ou manque de vision de la part de nos gouvernements? En attendant, nous continuerons à garder l’espoir de jours meilleurs…tout en espérant que la flamme de l’inspiration ne s’éteindra pas…

[1] Rapport publié par Artsnb en 2012 sur le statut de l’artiste. http://artsnb.ca/site/fr/files/2012/05/status_of_the_artist_FR2.pdf

À propos…

Artiste de théâtre, poète, stiltwalker, jardinière en herbe et maman, Joannie Thomas est diplômée du programme d’art dramatique de l’Université de Moncton. Elle vit présentement à Grande-Anse, dans la Péninsule acadienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s