Minoritaire, vous dites ! – Marc Chouinard

Minoritaire, vous dites !

Les récentes données de Statistique Canada portant sur le recensement de 2011 sont intéressantes. En les consultant, je suis porté à me poser la question suivante : Être ou ne pas être un minoritaire ? That is la question !

Un territoire en commun

Je mène ma vie et mes affaires dans la grande région d’influence de Moncton qui rayonne à 50 kilomètres autours de la métropole. Les gens de cette région (avec, aux extrémités de ce cercle, les communautés d’Alma, de Petitcodiac, de Sackville, de Bouctouche et de Cap-Pelé) habitent, travaillent et se divertissent dans des lieux qui leurs sont communs. Ils partagent les mêmes medias, écoutent les mêmes nouvelles, font des emplettes dans les mêmes magasins, fréquentent les mêmes plages, voyagent sur les mêmes routes, fréquentent les mêmes restaurants et les mêmes bars, subissent les mêmes conditions météorologiques, élisent les mêmes politiciens, subissent les mêmes drames (accidents, meurtres, vols, etc.), paient les mêmes prix pour de l’essence à la pompe, occupent les mêmes loisirs, fréquentent les mêmes marchés des fermiers, vivent les mêmes grands événements, concerts et activités sportives, leurs enfants s’entrecroisent dans les mêmes écoles ou les mêmes activités para scolaires, leurs ainés fréquentent les mêmes clubs et les mêmes foyers et, finalement, ils sont tous et toutes partisans des Canadiens de Montréal et des Patriots de la Nouvelle-Angleterre ; n’est-ce pas ?

Nous sommes une collectivité dans tous ces sens. Nous avons plus d’éléments en commun que de différences. Le quotidien nous rassemble plus qu’il nous divise. Oui, nous sommes une communauté de proximité. Nous vivons ainsi au même rythme, sans pour autant renier notre identité, notre spécificité, notre réalité acadienne.

La connaissance du français

C’est au niveau de la connaissance des langues officielles que je veux m’attarder. Avec 68 000 personnes sur un total de 136 000, c’est 50% de la population de la Région métropolitaine de Moncton (RMR) (qui comprend des sections des comtés de Westmorland, de Kent et d’Albert) qui est bilingue ou qui parle seulement le français. La région du Grand Moncton est donc réellement bilingue avec 50% de sa population qui a une connaissance des deux langues officielles ou du français seulement. L’autre 50% connaît seulement l’anglais. Il est donc relativement possible de fonctionner dans l’une ou l’autre langue officielle avec un tel niveau de bilinguisme.

Dans le comté de Westmorland 56% (79 000 personnes sur 141 000) de la population est bilingue ou connait seulement le français. Au Nouveau-Brunswick, les bilingues/francophones unilingues comptent pour 40% (300 000 personnes sur 740 000) de la population totale. Même avec ce 40% de parlant français, cette proportion ne devrait pas nous imposer un comportement de minoritaire. Nous sommes deux communautés égales. Pas négociable.

Moi, minoritaire ? Non, merci !

Je peux mener ma vie et mes affaires en français car 50% de la population peut s’exprimer dans la langue de Maillet et c’est le choix de vie que je privilégie. Mon statut de francophone est égal à celui des anglophones.  La condition essentielle de mon intérêt à œuvrer au centre-ville de Moncton est au niveau de la langue de travail.  Je veux travailler majoritairement en français. Sinon, pas intéressé… j’irai ailleurs. La vie de minoritaire ne m’intéresse pas, sauf dans le bureau d’administration du Théâtre Capitol où je suis le seul mâle.

Je vis ma vie comme membre à part entière de ma communauté de proximité et je refuse d’avoir un comportement de minoritaire. Non au minoritarisme. C’est mon refus local. Je ne suis pas le minoritaire de personne. Mon sentiment d’appartenance à ce lieu est lié au niveau d’acceptation de mon état d’égalitaire et ceci par toute la communauté. Les anglophones que je fréquente le sentent bien et le respect est habituellement présent. Sauf, bien sûr, de la part de ceux et celles (les vrais minoritaires) qui n’ont aucun respect pour autrui…et qui méritent certainement une tête de cochon, à l’occasion.

Vers l’égalité réelle

Il serait temps qu’une plus grande proportion de la communauté anglophone puisse comprendre que les francophones/bilingues occupent 50% de l’espace et de l’activité dans la Région métropolitaine de Moncton. Nous pourrions certainement faire évoluer les mentalités beaucoup plus rapidement si cette compréhension était plus répandue.  Le paysage linguistique déficitaire pourrait enfin s’adapter à la réalité. Vivre ensemble est certainement une responsabilité partagée.

Un beau projet de société au Nouveau-Brunswick serait de se donner collectivement l’objectif de s’assurer qu’au moins 50% de la population devienne bilingue d’ici 10 ans, comme c’est déjà le cas dans la région du Grand Moncton. Un objectif facilement mesurable et certainement atteignable !

À propos…

Marc Chouinard

Marc Chouinard, originaire de Campbellton, Nouveau-Brunswick oeuvre professionnellement dans le secteur culturel depuis 1976. II a contribué à une variété de projets partout au Canada et en Europe, dont les Sommets de la Francophonie, l’Orchestre Symphonique de Montréal, les East Coast Music Awards – ECMA (président du conseil d’administration) et le Conseil des arts du Nouveau-Brunswick, dont il fut le coprésident. Actuellement directeur général du Théâtre Capitol  à Moncton, il présente, chaque année, des centaines d’artistes sur les deux scènes de cet espace culturel important des provinces atlantiques. Il est membre de l’Ordre du Canada.

Publicités

2 réponses à “Minoritaire, vous dites ! – Marc Chouinard

  1. Pingback: Plus de 200 publications depuis le lancement : Astheure on fait quoi? – Collectif | Astheure·

  2. Ya tu une manière à détecter un anglophone qui se croit majoritaire ou voit les francophones minoritaires ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s