Astheure, on fait quoi face au populisme de droite? – Éric Forgues

Quel est le meilleur moyen pour enrayer le mouvement antibilinguisme qui souffle sur le Nouveau-Brunswick et quand faut-il intervenir? Aurait-il fallu intervenir dès la création du People’s Alliance Party of NB qui remet en cause la dualité linguistique et le bilinguisme institutionnel? Lorsque nous laissons un mouvement politique gagner du terrain, il prend de la force et il devient plus difficile de le contrer. Maintenant que le parti de Kris Austin a la balance du pouvoir, est-il déjà trop tard?

L’élection d’un gouvernement populiste en Ontario qui s’en prend aux acquis des francophones est un autre signe de la progression de l’antibilinguisme au pays. Face à la décision de Doug Ford d’abolir le Commissariat aux services en français et de mettre fin au projet d’université franco-ontarienne, il devient impératif pour les leaders francophones de poser le bon diagnostic sur ce mouvement politique qui remet en cause les avancées en matière de langues officielles à l’échelle canadienne et d’intervenir avant qu’il ne soit trop tard. Imaginons un Doug Ford à la tête du pays. C’est ce qu’il faut empêcher de se produire. Le fragile équilibre linguistique canadien serait remis en cause si un tel scénario se réalisait. S’ensuivrait une crise linguistique et l’unité nationale reviendrait au cœur du débat politique. Le mouvement souverainiste, aujourd’hui en perte de vitesse, risquerait de reprendre de la vigueur. Pour l’heure, comme le mentionne Antoine Robitaille, «la menace souverainiste n’apparaissant plus sur le radar, nombre de Canadiens anglais – dans l’élite comme dans le peuple – semblent tentés d’abandonner toute bonne volonté à l’égard des francophones.»[1]

Il est donc nécessaire et pressant de bien comprendre les menaces qui pèsent sur la francophonie du Canada. Si l’antibilinguisme n’est pas nouveau[2], il prend aujourd’hui le visage d’un populisme de droite dont les premières vagues ont touché le Canada.

Qu’est-ce donc que le populisme? On peut dire que c’est une manière de faire de la politique où les élus ou les candidats tentent de créer un lien de proximité avec le peuple[3]. L’exemple de Doug Ford qui a donné son numéro de téléphone personnel à la population en promettant de répondre ou de rappeler les citoyens illustre bien cette volonté de proximité[4]. Celle-ci peut aussi s’exprimer par le style vestimentaire. On cherche ainsi à réduire les distances en s’habillant comme le «monde ordinaire». La manière de s’exprimer contribue aussi au style populiste.

Pour Jan-Werner Müller, le populisme est plus complexe encore. «L’aspect le plus important pour définir un populiste est son attachement à se considérer comme le représentant du “vrai peuple”, c’est-à-dire comme le représentant légitime de la majorité silencieuse.»[5] Ainsi, il peut mettre en place des politiques qui écartent les groupes qui n’en font pas partie et ceux qui les représentent. Comme le souligne Chantal Mouffe, il trace une frontière entre un «eux» et un «nous». Le populiste se présente comme porte-parole de la majorité silencieuse, du «monde ordinaire», en exprimant ses émotions, faites de ressentiment, de frustrations et de cynisme. Le mouvement populiste maîtrise l’art d’exploiter les affects de la population et d’apporter des solutions simplistes à ce qu’ils considèrent comme une menace à leur idéal d’une société homogène.

Généralement xénophobe, le mouvement populiste de droite ne tolère pas la pluralité.

S’il y a un «vrai peuple», forcément homogène, il y a aussi un «faux peuple». De ce fait, le cœur du populisme, son essence, n’est pas la critique des élites […], mais le rejet du pluralisme de l’offre politique[6].

Certes le populisme ne date pas d’hier, mais, il est exacerbé depuis quelques années, grâce notamment aux outils qu’offre le marketing politique et les données fournies par les réseaux sociaux comme Facebook. Certains pensent même que c’est l’utilisation de ces outils qui explique la popularité récente des mouvements populistes.

Donald Trump and the Brexit campaign appear to have used such data science power by targeting every individual with a personalised online advert, whereas the Clinton and the Remain campaign were stuck in ancient campaigning tactics producing one big television advert for everyone that, as any standardised product, never really fits perfectly for most of us.[7]

Il est aussi important de retenir la place réservée aux émotions  – ressentiment, peur, colère, haine – dans les mouvements populistes. Elles prennent forme dans un contexte où le niveau de confiance de la population à l’endroit des institutions politiques est faible et où le cynisme règne en maître[8]. Le sentiment d’impuissance de la population face à un contexte économique précaire et incertain offre un terreau fertile pour le populisme.

La subordination des logiques politiques et sociales à la logique économique néolibérale a évidé le politique de toute rationalité délibérative structurante. L’issu des campagnes électorales dépend d’outils de marketing politique de plus en plus sophistiqués qui visent à persuader l’électeur-consommateur[9] de choisir un «produit», tous semblables les uns aux autres. Ce qui fait la différence, c’est la meilleure campagne de marketing. «Je m’amuse avec mes étudiants et je leur dis que voter centre droit ou centre gauche, c’est comme voter pour Coca-Cola ou Pepsi[10]», raconte Chantal Mouffe, ce qui lui fait dire que nous sommes entrés dans une ère postpolitique et postdémocratique.

Alors que faire face à la vague populiste? Faut-il tenter d’apaiser les émotions de la population pour lui faire comprendre la «raison» démocratique.

In a representative democracy, the mission of leaders should be to temper citizens’ input and emotional responses rather than to foster the violence of the majority. In other words, the relationship between representatives and represented must be ongoing and should entail judgement on both sides.[11]

Ou, faut-il tenter de reconnaître ces émotions, en les interprétant bien, en en saisissant les causes réelles, et en apportant des solutions qui s’inscrivent dans le cadre des institutions et des valeurs démocratiques?

Chantal Mouffe croit qu’au populisme de droite on devrait opposer un populisme de gauche : «Ce qu’il faut faire c’est parvenir à mobiliser les passions vers une défense de l’égalité et de la justice sociale… défendre, approfondir et radicaliser la démocratie.[12]»

De gauche ou de droite, le populisme comporte des risques pour la démocratie. Est-il possible de demeurer progressiste en adoptant un style populiste? Le Parti libéral du Canada résiste à la tentation populiste en misant sur une image positive et un message qui inspire la confiance[13]. Aux dernières élections, cela lui a réussi. Mais le vent semble tourner. Le Parti libéral au Nouveau-Brunswick a aussi refusé la voie populiste. Il est resté au pouvoir le temps d’un seul mandat, tandis que le People’s Alliance, parti qui présente plusieurs traits du populisme, a aujourd’hui la balance du pouvoir[14].

Avec l’arrivée au pouvoir en Ontario d’un Doug Ford qui réunit tous les ingrédients du populisme de droite, il est à craindre que la vague populiste ne se manifeste aussi au fédéral sous peu. Déjà Maxime Bernier vient de créer le Parti populaire du Canada qui se réclame d’un «populisme intelligent»[15].

Le populisme de gauche est balbutiant, mais semble donner des résultats. Québec solidaire s’inspire désormais du populisme et a réussi à faire élire 10 députés lors des élections d’octobre dernier[16].

Est-ce que la seule voie pour contrer le populisme de droite passe désormais par un populisme de gauche?

Aux solutions simplistes que propose la voie populiste, Pierre Rosanvallon croit plutôt qu’il faille «compliquer» la démocratie en l’approfondissant et en multipliant les lieux d’exercice de la démocratie, les lieux de délibération et d’engagement citoyen : «Si nous essayons de mieux approfondir l’idée démocratique, alors la question du populisme pourra trouver une forme de réponse qui ne sera pas simplement celle d’un rejet pavlovien, mais celle d’une vie démocratique élargie et approfondie[17]».

La question est posée quant à savoir si au populisme de droite on doit opposer un populisme de gauche ou une démocratie renouvelée. Cependant, il faudra trouver une solution rapidement, car les approches et les stratégies politiques traditionnelles font de moins en moins le poids face à cette vague populiste. Une chose est certaine, si on ne prend pas toute la mesure de ce phénomène, les minorités risquent d’en payer le prix.

[1] Robitaille, A. (2018), Redevenir des Canadiens français?, Journal de Québec, 17 novembre, https://www.journaldequebec.com/2018/11/17/redevenir-des-canadiens-francais

[2] Voir notamment l’ouvrage de Marc Johnson (1985), Regard sur l’anti-bilinguisme.

[3] Godin, C. (2012). «Qu’est-ce que le populisme?» Cités, 49,(1), 11-25. doi:10.3917/cite.049.0011. Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme?, Définir enfin la menace. Coll. Folio essais (n° 634), Gallimard.

[4] Fortin-Gauthier, Étienne (2018), Doug Ford appelle des Franco-Ontariens pour se défendre, TFO #onfr 16 novembre, https://onfr.tfo.org/doug-ford-appelle-des-franco-ontariens-pour-se-defendre/

[5] François, Stéphane (2018), ‪ «Jan-Werner Müller, Qu’est-ce que le populisme? Définir enfin la menace‪». Questions de communication, 33, (1), p. 390-392. https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/13049

[6] François, Stéphane (2018), op. cit.

[7] Hoepner, Andreas (2017), Populism vs data science, 7 février,https://www.henley.ac.uk/news/2017/populism-vs-data-science (19 novembre 2018).

[8] Rooduijn, Matthijs, Wouter van der Brug, Sarah L. de Lange et Jante Parlevliet (2017), «Persuasive populism? Estimating the effect of populist messages on political cynicism», Politics and Governance, volume 5, issue 4, pp. 136 – 145. DOI: 10.17645/pag.v5i4.1124 (19 novembre 2018).

[9] Voir aussi Sue Halpern (2018), «How campaigns are using marketing, manipulation, and « psychographic targeting » to win elections—and weaken democracy», The New Republic, 18 octobre,  https://policyreview.info/articles/analysis/role-digital-marketing-political-campaigns (19 novembre 2018).

[10] «L’Europe à l’heure de la postdémocratie, selon Chantal Mouffe», Désautels le dimanche, 21 mai 2017,  https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/desautels-le-dimanche/segments/entrevue/24319/chantal-mouffe-philosophe-europe-gauche.

[11] https://www.weforum.org/agenda/2017/01/a-10-point-guide-to-responsible-leadership-in-the-age-of-populism/

[12] Chantal Mouffe, Faut-il construire un populisme de gauche ?, conférence https://www.youtube.com/watch?v=rl36XZ5LTJk (20 novembre 2018).

[13] CBC, Justin Trudeau’s ‘sunny ways’ a nod to Sir Wilfrid Laurier, 20 octobre 2015  https://www.cbc.ca/news/canada/nova-scotia/ns-prof-trudeau-sunny-ways-1.3280693

[14] Sur le site web du parti, nous pouvons lire «The birth of this party began in 2010 with a clear understanding that our current political structure is no longer serving our best interests». https://www.peoplesalliance.ca/about-us (consulté le 19 novembre 2018).

[15] «Populisme intelligent»: Bernier lance le Parti populaire du Canada https://lactualite.com/actualites/2018/09/14/maxime-bernier-baptise-sa-formation-parti-populaire-du-canada/ (20 novembre 2018).

[16] Québec solidaire : le parti du monde «ordinaire» (2018), https://quebecsolidaire.net/nouvelle/quebec-solidaire-le-parti-du-monde-ordinaire (consulté le 18 nov. 2018).

[17] Rosanvallon, Pierre (2011), Penser le populisme. Publié dans http://www.laviedesidees.fr, le 27 septembre (consulté le 17 novembre 2018).

À propos…

Éric Forgues a obtenu son doctorat en sociologie à l’Université de Montréal. Sa thèse portait sur le rôle de l’État dans le développement économique des francophones au Québec. Depuis 1998, il mène des recherches à l’Université de Moncton sur le développement communautaire et l’économie sociale, ainsi que sur le développement régional et durable. Il a enseigné à l’Université de Moncton en sociologie et en études environnementales. Il a également œuvré au Bureau de soutien à l’innovation de l’Université de Moncton. Depuis 2012, il est le directeur général de l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques où il a précédemment été directeur adjoint et chercheur de 2003 à 2012. Ses travaux portent notamment sur le développement des communautés en contexte minoritaire, la gouvernance, l’engagement linguistique, les services en français, les disparités de revenu et la migration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s