Les États généraux citoyens sur les finances du Nouveau-Brunswick – Gilles Thibault et Guy A. Martin

Au Nouveau-Brunswick, nous sommes en pleine crise financière. La situation est telle que le gouffre est à nos pieds. Les experts le disent déjà depuis quelque temps. D’ailleurs, ils exhortent fortement nos élu.e.s à prendre les décisions qui s’imposent.

De leur côté, nos représentant.e.s politiques font comme d’habitude. Ils maintiennent une belle sérénité, osant même se laisser aller à des promesses inconditionnelles. Il est vrai qu’ils nous parlent d’un déficit récurrent et d’une dette en augmentation. Mais, selon eux, il ne s’agit là que d’une normalité temporaire; rien à s’inquiéter. Aucun des deux partis dominants ne parlent de crise ni de gouffre. Donc, publiquement, aucun d’eux proposent quoi que ce soit pour composer avec notre état financier problématique. Notre système politique encourage ce type de comportement évasif.

Face au cri d’alarme d’un côté et l’apparente inaction de l’autre, le citoyen concerné doit-il s’inquiéter? La responsabilité des décisions politiques revient à nos élu.e.s. Aussi faut-il mettre le citoyen au courant des différents choix politiques qui s’imposent. C’est bientôt le temps d’élire un nouveau gouvernement. Pour gagner ces élections, les deux principaux partis semblent à nouveau se soumettre à la loi du silence. Il est impossible de savoir pour le moment, si une fois élu.e.s, nos représentant.e.s vont mettre en place des mesures drastiques inattendues et soudaines. Y aura-t-il des coupures dérangeantes dans les services et les dépenses gouvernementales? Les taxes et les impôts des particuliers, la TVH, le coût des services et le niveau des redevances vont-ils augmenter significativement? Nos lucratives compagnies de la couronne seront-elles liquidées pour une somme dérisoire? Qui, entre le citoyen ordinaire et la grande corporation, va écoper le plus? Qui, parmi les citoyens, va payer le gros prix? Ces mesures seront-elles prises dans un esprit de justice? Cessons de se faire des illusions; les réponses à ces questions ne seront peut-être divulguées qu’après les élections.

money-73341_640

Entre-temps, que peut faire le citoyen ordinaire? Subir passivement et se croiser les doigts tout en espérant ne pas être touché personnellement? Être cynique et éventuellement considérer déménager ailleurs? S’en tenir à dénoncer les coupables et les incompétents; pour finir par donner son vote à du pareil au même? Ou bien s’agit-il pour le citoyen de se responsabiliser et d’accepter de faire sa part, de s’embarquer davantage dans la recherche de solutions, de se mobiliser dans l’action et devenir une puissance  collaboratrice?

La planche de salut du citoyen réside dans la démarche suivante : il faudrait organiser des États généraux citoyens pour engager une discussion publique sur l’état des finances de notre province. C’est que la meilleure solution ne peut provenir que de nous tous puisqu’il s’agit d’un état financier collectif. D’autant plus que l’absence du citoyen dans le processus de prise de décisions laisse la porte ouverte aux abus et à l’injustice. Autrement, les décisions sont trop souvent prises à partir de l’idéologie du parti au pouvoir. Les idéologies des partis politiques, certaines plus que d’autres, contiennent de l’injustice ancrée de façon inhérente dans leurs schèmes de pensée. De ces idéologies, qu’elles soient  conservatrices ou néo-libérales, découlent des stratégies politiques qui, une fois appliquées, finissent par victimiser trop de  citoyens, certains groupes plus que d’autres. Par conséquent, tout plan d’action visant l’amélioration de l’état des finances doit passer par la participation citoyenne. D’autant plus, il est primordial que la population sache qu’elle a été écoutée et comprise; même si elle n’obtient pas intégralement tout ce qu’elle demande.

Que sont les États généraux citoyens?  Il s’agit d’une assemblée publique appelée par un citoyen pour discuter et émettre des solutions par rapport à un sujet donné. Ainsi, avant les élections, partout dans la province, les citoyens devraient se rassembler en de multiples regroupements, petits ou grands, pour faire le point sur l’état des finances de la province. L’intention est de faire part au gouvernement des recommandations citoyennes par l’entremise de résolutions adoptées lors de ces assemblées et de pétitions. Il suffit de les poster directement au Premier ministre. Les suggestions plus concises (moins de 250 caractères), peuvent être communiquées par le biais du site Web du gouvernement (veuillez suivre les instructions).

Ces assemblées peuvent prendre différentes formes et porter sur divers sujets par rapport aux finances de la province. À titre d’exemple, parlons du projet d’un groupe de citoyens de la région de Dieppe/Moncton. Le 5 juin prochain, ils organisent une table-ronde publique à l’Université de Moncton. En plus du public, quatre conférenciers sont invités pour commenter sur les questions suivantes :

1-      Les États généraux citoyens sur les finances de notre province est une notion politique et économique juste et équitable.

2-      Les États généraux citoyens est une avenue pour bien identifier les enjeux et les indicateurs par rapport à la situation financière réelle de la province, et pour déterminer une action collective concernant cette situation.

3-      La transparence dans le fonctionnement gouvernemental et l’imputabilité assignée à nos élu(e)s sont à la base pour composer avec notre situation financière problématique.

4-      À la suite des États généraux citoyens, la population sera plus informée et consciente de la situation. Elle peut alors devenir une force collaboratrice dans la gestion des finances.

5-      La mise en place de mesures pour composer avec la situation financière du gouvernement implique essentiellement l’augmentation des revenus et la diminution des dépenses. Par contre, pour assurer une justice dans l’application de ces mesures, les critères généraux suivants doivent être respectés : le respect de l’environnement, inciter une solidarité entre les citoyens tout en tenant compte de ne pas pénaliser les futures générations, et favoriser la paix sociale. Dans ce cadre, des solutions concrètes sont sollicitées des citoyen.ne.s présent.e.s à la table-ronde.

Dans un esprit de partage des idées émises, les intervenants à cette assemblée seront filmés. Une série de vidéos seront produites et affichées sur Youtube. Des articles seront tirés de ceux-ci pour une publication éventuelle.

Que peut faire le citoyen pour contribuer à améliorer la situation financière de la province? La solution première réside dans la communication entre les citoyens. La tenue des États généraux permet justement cette communication, porteuse d’idées et de solutions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s