Astheure célèbre ses 5 ans!

Astheure, un webzine résolument tourné vers l’avenir

Astheure, le premier magazine en ligne à voir le jour en Acadie, a célébré son cinquième anniversaire le 26 mai. Le webzine Astheure fut fondé en 2013, par cinq Acadien.ne.s qui souhaitaient offrir à l’Acadie une nouvelle plateforme participant à susciter des débats, brasser de nouvelles idées, et complémenter l’offre d’information médiatique déjà bien établie en Acadie. Au fil des ans, Astheure a réussi à se tailler une place dans le paysage médiatique acadien et à se former une légitimité qui ne fait qu’augmenter.

Cinq ans après sa naissance, Astheure a entrepris plusieurs collaborations qui l’ont fait grandir et qui ont élargi ses perspectives. En septembre 2014, le webzine a accueilli un espace de critique artistique, à un moment où de tels espaces, permettant la réflexion sur les arts manquaient cruellement en Acadie. En avril 2016, La filière Louisiane s’est rattachée à Astheure, résolument tournée vers un horizon différent : celui de la réalité de nos cousin.e.s Louisianais.es, nous rappelant à quel point nous avons des choses en commun. En septembre 2016, Astheure a aussi pris sous son aile la série de conférences Point de mire sur l’Acadie.

Lire la suite.

20 publications qui ont fait réagir au cours des 5 dernières années

Ces textes ont été choisis parce qu’ils ont le mérite de faire voir un point de vue important sur une question donnée, parce qu’ils ont touché ou choqué notre public de façon singulière, ou parce qu’ils ont particulièrement circulé et été lus.

Je suis fier puis j’ai honte Rémi Daigle
D’une Acadienne abâtardie à un Québécois nombriliste Marie-Hélène Haché
Mon assimilation mon exil Céleste Godin
Les dommages causés par les réparations Vincent Chandler
D’un blind spot à plusieurs idées reçues : retours sur l’absence de critique artistique en Acadie Ariane Brun del Re et Pénélope Cormier
Avons-nous droit à la prospérité? Michel Desjardins
Redéfinir le congrès mondial acadien Martin LeBlanc Rioux et Xavier Lord-Giroux
Un dernier été avec maman Gilbert McLaughlin
La sous-représentation des femmes dans les médias : un problème d’inégalité Joëlle Martin
La culture du viol : ça veut dire quoi? Isabelle LeBlanc
Entre le silence et le bruit Marie Hélène Eddie
Comment je me suis intégrée, ce qui m’a fait rester et ce qui me fera partir Pauline Abel
La déclaration d’indépendance linguistique Joseph Dunn
Bilinguisme et dualité : le temps est venu de se parler Matthieu Wade
Entrevue avec Herménégilde Chiasson Marc-André LeBlanc
Jeux de la francophonie canadienne 2017 : un slogan par et pour les jeunes Alexis Couture
«J’queerions» Charles MacDougall
Moi itou, je veux mon moment #MoiAussi Rosella Melanson
Les coûts du bilinguisme Marc Chouinard
Oui au dialogue initié par le Québec, mais celui-ci devra aussi porter sur les langues officielles Linda Cardinal, Stéphanie Chouinard, Marie Hélène Eddie, Sébastien Grammond, Rémi Léger et Martin Normand

Quelques témoignages de collaboratrices et de collaborateurs

«Le webzine Astheure à été un élément central de mon développement comme auteure. Il m’a offert une plateforme pour exprimer les choses que je voyais en Acadie et qui étaient trop souvent tues. Internet est un lieu de rassemblement pour la diaspora, un espace de débat, de critique, et de prise de position. Merci à l’équipe de bénévoles qui fait fonctionner le site. Bonne fête et longue vie à Astheure!» – Céleste Godin

«C’est suite à la publication du texte Redéfinir le congrès mondial acadien que j’ai décidé de convoiter un poste au conseil d’administration de la Société Nationale de l’Acadie. J’ai eu le privilège de présider le comité de réflexion sur l’avenir des congrès mondiaux acadiens et je suis très fier du travail que nous avons accompli puisque nous avons adopté des mesures positives qui vont permettre aux congrès mondiaux acadiens d’évoluer et de s’adapter. Tout cela a commencé avec Astheure et je sais que cette plateforme a permis à d’autres personnes d’articuler leurs pensées et de favoriser le partage d’idées. Merci à celles et à ceux qui travaillent derrière leurs écrans pour assurer la pérennité de ce webzine acadien.» – Xavier Lord-Giroux

«Je ne nommerai pas tou(te)s ceux et celles impliqué(e)s dans le projets, de peur d’oublier un nom, mais aux instigateurs, instigatrices, collaborateurs, collaboratrices et aux bénévoles qui rendent Astheure possible, merci! Ceux et celles derrière Astheure ont offert à l’Acadie une plateforme accessible de dialogue afin de réfléchir et commenter les enjeux qui sont au cœur de l’Acadie contemporaine. Mais plus qu’un site web, Astheure est un puissant outil et détient un important potentiel, pour nous lecteurs et lectrices de la revue qui sont à la recherche d’un forum citoyen spécifiquement acadien. Merci à ceux et celles qui rendent ce forum possible.» – Sylvain Tony Bérubé

Publicités