La Louisiane rejoindra-t-elle l’OIF? Trois points à considérer – Clint Bruce

Bannière_La Filière Louisiane

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

Qu’ont en commun la Corée du Sud, l’Estonie, la Thaïlande et le Mexique? Si vous avez répondu : «des mets épicés», détrompez-vous : la soupe à la choucroute estonienne, infailliblement accompagnée d’un morceau robuste de pain de seigle, n’a que peu à voir avec un bibimbap savamment pimenté, un steak thaï au poivre ou un mole poblano dûment relevé. Si vous vous êtes dit : «Tiens, ces pays-là sont tous des membres observateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie», c’est en plein dans le mille.

C’est à ce statut qu’aspire désormais la Louisiane, cet État américain dont la gastronomie, connue pour ses plats piquants et appréciée dans le monde entier, reflète un héritage francophone aux ingrédients les plus divers. En dépit d’une présence régulière aux Sommets de la Francophonie, elle ne fait pas partie de l’organisme international fédérant les pays et gouvernements ayant le français en partage.

Depuis plus d’un an, Scott Tilton, un jeune Louisianais résidant à Paris où il travaille dans le domaine de la défense et de l’aérospatial, s’active pour remédier à la situation. S’étant renseigné sur les démarches à suivre pour qu’un gouvernement puisse rejoindre l’OIF, il est entré en contact avec le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), agence d’État chargée de la promotion de la francophonie louisianaise. Tilton et la directrice du CODOFIL, Peggy Somers Feehan, de passage à Paris, viennent de remettre le dossier de candidature à l’ambassade de Madagascar, pays hôte du dernier Sommet. La décision sera rendue au prochain Sommet qui se déroulera au mois d’octobre à Erevan, en Arménie.

En attendant, voici trois points de réflexion autour de cette éventualité.

Extrait de la lettre officielle du gouverneur John Bel Edwards.

1) Sans relations internationales, point de francophonie louisianaise… ou si peu

Il est vrai que la Louisiane possède une culture – des cultures – francophone indigène, forgée au départ dans le creuset créolisant de la société coloniale. La musique cadienne et la cuisine créole expriment cette originalité. Toutefois, la francophonie louisianaise s’est toujours nourrie de nouveaux apports venus de l’étranger. Au lendemain de la Révolution haïtienne (1791-1804), l’arrivée plus de 10 000 réfugiés de l’ancienne Saint-Domingue vient renforcer et pérenniser le caractère francophone de la Louisiane au moment même où celle-ci est sommée de s’américaniser. Tout au long du XIXe siècle, les liens renouvelés avec l’Europe grâce à l’immigration française jettent, selon le mot de l’historien Carl Brasseaux, une «ligne de sauvetage» au milieu de la marée montante de la langue dominante.

Depuis 1968, date qui voit la fondation du CODOFIL, les échanges et partenariats avec les pays francophones se sont multipliés. Les enseignants de français proviennent massivement de l’étranger, notamment dans les programmes d’immersion sur lesquels se fondent beaucoup d’espoirs en l’absence quasi-totale de transmission linguistique au sein des familles. À côté des ententes bilatérales avec la France, la Fédération Wallonie-Bruxelles et le Canada, la Louisiane affirme sa présence parmi plusieurs institutions et réseaux de langue française, par exemple l’Assemblée parlementaire de la Francophonie et l’Association internationale des maires francophones. Tout cela sans compter les groupes d’amitié internationale, les jumelages de villes, les échanges scolaires, les manifestations culturelles comme le Congrès mondial acadien et, suivant un autre vecteur d’influence culturelle, des projets de coopération éducative avec les Antilles françaises.

De nos jours, en l’absence quasi-totale de transmission au sein des familles, l’identité linguistique franco-louisianaise – bien qu’elle soit souvent associée à un héritage cadien, créole ou afro-créole ou autre – est presque toujours médiatisée par l’international (professeurs étrangers, séjours linguistiques, etc.). L’internationalisation constitue le seul rempart, ou à peu près, contre la folklorisation totale au sein du multiculturalisme ethnique à l’américaine.

Scott Tilton et Peggy Feehan sur le plateau de TV5 Monde.

2) Le dossier d’adhésion de la Louisiane fait état d’un dynamisme réel autour du fait francophone

Les Statuts et modalités d’adhésion à la Francophonie expliquent : «Toute demande de participation en qualité d’observateur doit se fonder sur une volonté de favoriser le développement de l’usage du français, quel que soit son usage effectif au moment de la demande.» C’est ce qu’ont dû démontrer les 26 pays observateurs actuels, ensemble décidément non francophone, au sens linguistique (voyez : l’Autriche, l’Ukraine ou encore les Émirats arabes unis) qui représente 29 % des 84 membres de l’OIF. (À cet égard, l’Ontario, admis sous le libellé Canada-Ontario, sort du lot.) Ils doivent aussi faire profession de conformité aux droits humains et aux normes démocratiques, principes érigés en «valeurs de la Francophonie».

Ce n’est un secret pour personne que la population de langue maternelle française subit une diminution inéluctable. Malgré les défis d’ordre démolinguistique, les efforts en faveur du français reflètent un dynamisme réel, dynamisme dont le Dossier circonstancié de candidature de l’État de la Louisiane dresse un portrait convaincant. Préfacé par une lettre du gouverneur John Bel Edwards, ce document de 83 pages aborde neuf volets. Les responsables de l’OIF y apprendront un tas de choses.

Savent-ils qu’il existe une maison d’édition de langue française, les Éditions Tintamarre? Que les sociétés françaises et canadiennes emploient près de 15 000 travailleurs louisianais? Que des contrats signés en Louisiane peuvent toujours être rédigés en français? Que toutes les paroisses et municipalités sont autorisées à se doter d’un affichage bilingue?

La vision des auteurs du Dossier circonstancié est tournée vers l’avenir : «Malgré les nombreuses tentatives législatives et sociales de le supprimer entièrement au fil des années, le français connaît un nouvel essor grâce aux efforts déployés depuis les dernières décennies dans le système éducatif, donnant naissance à de nouvelles générations de Louisianais prêts à reprendre le flambeau de la langue dans laquelle « la Louisiane » a vu le jour. Forte de son histoire et de sa diversité humaine, la francophonie louisianaise est, depuis toujours, en constante évolution.» (p. 3)

• Au Sommet de la Francophonie de Hanoï, novembre 1997 : Jean Chrétien, premier ministre du Canada; Liane Roy, présidente de la Société nationale de l’Acadie (1995-1998) et Warren Perrin, président du CODOFIL (1994-2010). Gracieuseté du Musée acadien d’Erath.

3) Quelle Francophonie? La candidature louisianaise met le doigt sur le bobo.

La Francophonie officielle connaît un élargissement assez fantastique depuis une vingtaine d’années. Parmi les États et gouvernements membres se trouvent plusieurs pays qu’on qualifierait difficilement de francophones. Rien que dans les A, il y a l’Albanie et l’Arménie, membres de plein droit. Si cette expansion a l’avantage de sortir le projet francophone d’une dynamique strictement postcoloniale, elle suscite d’autres questions. À quoi sert la Francophonie au juste?

Il est instructif de consulter la Charte de la Francophonie, adoptée en 2005 à Antananarivo. Son préambule fait valoir que «la langue française constitue aujourd’hui un précieux héritage commun qui fonde le socle de la Francophonie, ensemble pluriel et divers.» C’est le point de départ. Or, la Charte elle-même reconnaît d’autres objectifs que la promotion de la langue, objectifs orientés autour des «valeurs universelles» : la démocratie, la coopération, le développement durable, le dialogue des cultures et d’autres encore. Définie de cette manière, la Francophonie propose un modèle alternatif de mondialisation, s’enracinant dans une vision humaniste. En soi, promouvoir le français n’est pas un objectif de la Francophonie (bien que beaucoup d’initiatives vont dans ce sens).

Plusieurs ont tiré la sonnette d’alarme. Pierre-André Wiltzer, ancien ministre français à la Coopération et à la Francophonie sous Jean-Pierre Raffarin, appelait en 2008 à «recentrer la Francophonie sur sa mission centrale», c’est-à-dire le renforcement de l’espace linguistique francophone. Il s’inquiétait de ce que, «parallèlement à l’accroissement du nombre des États membres non-francophones, le nombre des domaines d’intervention que la Francophonie fait entrer dans son champ de compétences s’est régulièrement élargi lui aussi[1].» De là le risque d’une dilution et d’une dispersion de ses priorités.

Il n’est pas de mon ressort de me prononcer sur ce débat. Mais il me semble que la candidature louisianaise à l’OIF l’éclaire d’une manière tout à fait intéressante.

La Louisiane n’est pas francophone, même s’il y a une francophonie louisianaise. La Louisiane est un État des États-Unis où se parle, s’entend et domine l’anglais. De plus, il n’existe aucune donnée fiable sur le nombre de locuteurs francophones. (Les chiffres attribués aux recensements, souvent vieux de 20 à 30 ans, sont d’une inutilité parfaitement agaçante.) Pourtant, le fait français habite le cœur même de l’identité louisianaise. C’est sur lui que repose sa spécificité historique et culturelle. Et s’il est souhaité par des Louisianais, au nombre desquels se range le gouverneur, que leur État rejoigne la Francophonie, ce n’est ni par intérêt économique ni par désir d’influence ; c’est principalement parce que son adhésion assurera une légitimité solide aux efforts de développement du français en Louisiane.

Peut-on dire autant de l’Estonie?

[1] Pierre-André Wiltzer, «Recentrer la Francophonie sur sa mission centrale : la promotion de la langue française», Revue internationale et stratégique 2008/3 (n° 71), p. 131-134.

À propos…

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) à l’Université Sainte-Anne, Clint Bruce est originaire de la Louisiane et amoureux de l’Acadie. Parmi ses projets de recherche, il prépare un manuscrit de livre intitulé L’expérience acadienne au temps de l’esclavage : Désirée Martin et les siens en Louisiane créole.

Publicités

Une réponse à “La Louisiane rejoindra-t-elle l’OIF? Trois points à considérer – Clint Bruce

  1. Pingback: La Louisiane à l’OIF ? Trois points à considérer – Les Carnets Nord/Sud·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s