Un potager pour cultiver la francophonie en Louisiane – Jonathan Olivier

Bannière_La Filière Louisiane

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

Le premier jour de décembre, une centaine de personnes des environs de ma communauté, c’est-à-dire Frozard, lieu-dit de la paroisse St-Landry en Louisiane, se sont rassemblées pour marquer une tradition très ancienne chez nous : une boucherie. Ensemble, des gens des villages d’Arnaudville, de Grand-Coteau, de la Prairie des Femmes et ailleurs, nous avons abattu un cochon et préparé un grand nombre de plats traditionnels comme des gratons, du boudin noir et du fromage de tête.

L’importance de cette journée consistait à perpétuer nos traditions culturelles liées à l’agriculture et à la nourriture. Les cochons qui ont été apprêtés avaient été élevés dans ma ferme, Le Potager d’Acadiana, une exploitation biologique que j’ai fondée en juillet dernier. Pourquoi une telle initiative ? J’avais reconnu le besoin d’une ferme locale, source d’aliments sains pour nos habitants de la région d’Acadiana. Mes méthodes ont été apprises d’agriculteurs de toute l’Amérique du Nord ainsi que de l’ouvrage du Québécois Jean-Martin Fortier, Le Jardinier-maraîcher (Écososciété, 2012). Je sais que ma ferme à moi contribuera à perpétuer une tradition de petites fermes qui se trouvaient partout dans cette région. Et la boucherie faisait revivre une tradition en Louisiane d’élever des cochons à plusieurs générations dans ma famille.

La boucherie a débuté avec une prière en français, et tout au long de la journée, les convives se sont entretenus en français et en anglais. On entendait également le kouri-vini, la langue créole de la Louisiane. L’événement n’avait pas été annoncé comme une table française, c’est-à-dire une activité où les gens se réunissent explicitement pour pratiquer le français ou le kouri-vini. Au contraire, c’était naturel – une preuve du nombre croissant de personnes qui ont appris le français et qui sont fières de le parler le français, ou de parler kouri-vini, comme une dimension normale de la vie en Louisiane.

Le trait d’union entre mon projet de ferme biologique et la journée de la boucherie, c’est bel et bien le rôle joué par nos langues d’héritage que sont le français et le créole. À mon sens, nos traditions ne peuvent pas être séparées de nos langues. Même si l’américanisation nous a changés, nous avançons en Louisiane.

Il se produit ici une révolution chez la jeune génération fière de son héritage linguistique. Certains d’entre nous avons voyagé des milliers de milles pour s’immerger dans le français et pour revenir chez nous pour faire partie du mouvement. Ce mouvement a pour but de faire avancer le français et le kouri-vini, et de faire tout ce que nous pouvons faire pour les normaliser et pour créer une région bilingue, visiblement et audiblement.

J’ai moi-même travaillé inlassablement à cette fin. J’ai étudié le français à l’école quand j’étais plus jeune et je l’ai toujours entendu chez moi. Au printemps dernier, j’ai effectué un séjour linguistique à l’Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse. Après la session à Sainte-Anne, j’ai commencé ma ferme avec un grand objectif : offrir des services en français à notre population francophone. 

Mon kiosque hebdomadaire au marché des fermiers de Lafayette arbore des enseignes bilingues ou seulement en français. Je dis «bonjour», plutôt que «hello», à tout le monde. C’est ce qu’il faut pour manifester notre présence. Et aussi, parce que nous méritons des services en français ou en kouri-vini. C’est notre droit.

Ici en Louisiane, nous arrivons à un point où nos langues d’héritage ne représentent pas ou plus seulement le fait des personnes âgées ou un élément associé surtout à notre passé. C’est une chose vivante que nous cultivons. C’est réaliste. C’est utile. C’est économiquement sain.

Un jour, grâce à toutes les personnes qui sont après travailler pour le même objectif que moi, nous nous regarderons et nous sourirons. Nous verrons que nous nous serons battus pour développer nos langues à nous.

À propos…

Issu d’une famille francophone de la paroisse St-Landry, Jonathan Olivier est journaliste spécialisé en environnement et en activités plein-air, dont les écrits ont paru dans des revues comme Outside, Backpacker, REI Co-op Journal, Louisiana Sportsman et Mother Earth News. Il est propriétaire de la ferme biologique Le Potager d’Acadiana depuis le printemps 2019.

Une réponse à “Un potager pour cultiver la francophonie en Louisiane – Jonathan Olivier

  1. Pingback: Un potager pour cultiver la francophonie louisianaise (Jonathan Olivier) – Les Carnets Nord/Sud·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s