Le nouveau paysage médiatique de la Franco-Louisiane – Chase Cormier

Bannière_La Filière Louisiane

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

Il y a en ce moment, en Louisiane francophone, plusieurs initiatives qui s’efforcent d’insuffler un nouvel élan à l’utilisation du français dans la sphère publique. Alors que quelques stations de radio, comme KVPI 92.5 FM et KRVS 88.7 FM maintiennent une programmation limitée en français, les plateformes socionumériques permettent un renouveau par d’autres moyens. Nous avons demandé à Chase Cormier d’élucider deux projets auquel il collabore.

Deux nouvelles initiatives : Charrer-Veiller et Télé-Louisiane

Ces projets ont vu le jour grâce aux plateformes socionumériques, cruciales pour capter les voix francophones ici autour de Lafayette, mais aussi pour faire connaître la présence de la langue française en Louisiane dans le reste de la francophonie ainsi qu’auprès des anglophones louisianais. Télé-Louisiane, une initiative très récente, se veut la seule chaîne exclusivement francophone en Louisiane. C’est une chaîne culturelle et d’informations, diffusée en ligne (sur Youtube, Instagram et Facebook). L’équipe est dynamique et créative. Elle publie des animations pour les enfants, des nouvelles, des documentaires culturels, des interviews et un tas plus. J’ai beaucoup d’espoir en Télé-Louisiane et pour ce qu’on va voir de cette chaîne.

Aussi, nous avons Charrer-Veiller, un nouveau podcast enregistré à Lafayette, et le seul réalisé par des Francolouisianais en Louisiane. Mon ami Joseph Pons et moi avons créé ce projet en octobre 2018 à la suite d’une discussion dans une table française au centre-ville [de Lafayette]. Nous trouvions nos conversations dans ces réunions plutôt intéressantes, et donc on a décidé de les enregistrer. On a commencé à enregistrer nos conversations aux studios d’AOC (Acadiana Open Channel, une télévision communautaire locale, dans leur salle de podcast). Nous avons des invités toutes les deux semaines. Et encore, grâce aux plateformes socionumériques, notre podcast semble être bien reçu par le public.

D’après moi, ces deux projets sont les plus prometteurs puisqu’ils ajoutent de la diversité aux efforts de promotion du français en Louisiane. Nous, les Francolouisianais, devenons de plus en plus visibles dans les espaces publics, artistiques et littéraires. Ces deux initiatives nous donnent une présence sur les plateformes socionumériques.

Le nom de l’émission Charrer-Veiller

Le mot «charrer» est un verbe utilisé ici dans le sud de la Louisiane. Selon le Dictionnaire du français louisianais, «charrer» signifie : to talk, chat, converse, make conversation. Donc, «charrer» c’est causer sans but précis. «Veiller» est un mot qui a plusieurs sens. Nos définitions préférées sont : «s’occuper de quelqu’un ou quelque chose pendant la soirée», «rendre visite à quelqu’un pendant la soirée» ou simplement «passer la soirée chez quelqu’un». La veillée ou la veillerie c’est une visite chez un ami où on charre autour d’un verre – c’est très informel – par référence au moment entre le souper et l’heure du coucher. Donc, nous charrons, et comme le langage, nous restons. Pour nous, ce podcast représente l’occasion de montrer la pertinence du français pour la communauté et pour la culture louisianaise. Oui, la musique, la nourriture, l’environnement et l’histoire ont leur importance. Mais tout cela est partagé à travers la langue : sans la langue, on n’a pas la clé pour ouvrir toute la richesse de ces domaines.

Autrefois, il y avait une coutume très carnavalesque qu’on appelait le «charivari». Quand un veuf ou une veuve contractait un second mariage, les amis du couple donnaient un charivari devant leur maison, c’est-à-dire en se rassemblant pour faire beaucoup de train. Le français est presque mort après la Deuxième Guerre mondiale, mais une renaissance s’est annoncée dès les années 60. Joseph et moi, on considère ces nouvelles initiatives comme étant le bruit ou le charivari après ce deuxième mariage entre la langue française et la Louisiane. Donc, pour nous, le français louisianais est bien préservé, bien sauvé, et même remarié, mais on se demande : «qu’est-ce qu’on devrait faire avec cette belle langue»?

Les réalisations jusqu’à date

Le premier épisode, sorti le 22 octobre 2018, propose une simple introduction pour expliquer qui nous sommes (Jo et moi), pourquoi faire un podcast en français et pourquoi avoir choisi ce titre-là, ainsi que les sujets potentiels. Nous avons réalisé six épisodes avant la fin de l’année. Nous avons accueilli cinq invités au total. Chacun et chacune nous offre sa propre perspective sur l’état du français en Louisiane.

On a d’abord accueilli Rachel Doherty, doctorante à UL-Lafayette qui nous a parlé de l’Halloween en Louisiane, du rôle des monstres dans le folklore louisianais et de la littérature qui entoure ces figures/personnages. Deuxième invitée : Lyndsay Smythe Doucet qui enseigne le français au lycée de Lafayette en utilisant une approche unique et visionnaire ; elle évoque le programme d’immersion, de l’Université Sainte-Anne en Nouvelle Écosse, dans son parcours à propos du français. D’ailleurs ce programme d’immersion est souvent nommé dans nos entrevues car beaucoup de jeunes Louisianais qui parlent français couramment ont étudié le français là-bas. Troisième invitée : Heaven Moore, écrivaine et militante louisianaise.

Notre cinquième épisode met en vedette Matt Mick et Maggie Perkins du CODOFIL (Conseil pour le développement du français en Louisiane). CODOFIL a fêté son cinquantième anniversaire en 2018. Ils font le point tout en abordant les projets que nous allons voir en 2019. Le sixième épisode est consacré aux fêtes de Noël et de la fin de l’année, sans invité pour que nos auditeurs apprennent à nous connaître. Aussi, Jo est allé observer la répétition d’une chorale dans une école d’immersion locale.

Nous sommes très fiers de notre podcast. Alors que le projet a commencé par une idée simple, chacun de nos épisodes reçoit en moyenne 600 vues. Nos épisodes peuvent être consultés sur Facebook et YouTube, mais nous sommes en train de les rendre disponibles sur les grandes plateformes comme Spotify, iTunes et Google Play.

Parcours personnel et engagement francophone

J’ai été élevé à la Prairie Ronde, un petit village près d’Opelousas, avant de déménager à Lafayette. Puisque mes parents étaient très jeunes, j’ai passé beaucoup de temps chez mes grands-parents. Mon grand-père paternel, qui parle français comme langue maternelle, est très fier de son français et de sa culture. Il proclame souvent : «Moi, je suis Cadien jusqu’à mes tripes!» Quand j’étais chez lui, il m’apprenait des mots, des expressions et des vieilles chansons cadiennes.

À l’âge de 14 ans, j’ai déménagé chez ma mère en Égypte, où j’ai habité pendant quatre ans avant de revenir aux États-Unis. Mais je ne suis pas rentré en Louisiane avant mes 21 ans, quand j’ai transféré à UL-Lafayette. Afin d’accumuler plus de crédits en vue de ma mineure en français, je suis allé à l’Université Sainte-Anne dans le cadre du programme d’immersion.

De retour en Louisiane, je me sentais comme si j’étais une personne totalement différente. J’étais devenu un obsédé du français. (Je le suis toujours.) Je travaillais tous les jours pour maîtriser cette langue et je me suis rendu compte de l’importance du fait que je parle français dans un cours de sociolinguistique où nous faisions passer des entretiens aux francophones locaux avant de les transcrire. Après avoir transcrit celui de mon grand-père, j’ai fait passer des entretiens à plusieurs autres personnes. C’est évident qu’il y a beaucoup de gens qui parlent français ici, mais ils sont presque tous âgés.

Donc, j’ai commencé à assister religieusement aux tables françaises. Après un stage linguistique à l’Université de Mons en Belgique, je me suis inscrit au programme doctorat en études francophones à l’Université de Louisiane à Lafayette. J’écris de la poésie et de la fiction en français, et je me suis consacré à parler français.

Une chose que j’ai rapidement comprise, c’est que les francophones âgés d’ici ont été très blessés par l’interdiction de la langue française dans le passé. Beaucoup de ces personnes ont honte dans la mesure où ils croient que leur français n’est pas «le bon français». Par conséquent, j’ai décidé d’adopter le français louisianais. J’épouse mon accent, alors que moi et Jo (qui parle avec un accent assez standard) communiquons sans difficulté, ce qui montre bien que le français louisianais a la même valeur que n’importe quelle variété. Je suis fier de mon cher français et j’ai hâte de voir ce qui nous attend dans l’avenir.

À propos…

Chase Cormier, écrivain louisianais et co-animateur du podcast «Charrer-Veiller», habite actuellement à Lafayette où il enseigne le français à l’Université de Louisiane. Il est rédacteur de la revue de création Feux Follets et il aime cuisiner pour ses amis et sa famille.

Publicités

Une réponse à “Le nouveau paysage médiatique de la Franco-Louisiane – Chase Cormier

  1. Pingback: La Filière Louisiane : Le nouveau paysage médiatique de la Franco-Louisiane (Chase Cormier) – Les Carnets Nord/Sud·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s