Le français louisianais : mythes et mouvements – Collectif

Bannière_La Filière Louisiane

Les articles de La Filière Louisiane sont publiés grâce à un partenariat entre Astheure et Les Carnets Nord/Sud, blogue de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l’Université Sainte-Anne. Cette série vise à faire mieux connaître les enjeux culturels de la Louisiane francophone et à favoriser le dialogue entre Acadiens et Louisianais.

Ce texte a été composé au cours d’un échange par courriel sur l’exposition Le français louisianais: mythes et mouvements actuellement au Musée Paul and Lulu Hilliard à l’Université de Louisiane à Lafayette. L’exposition a été créée par Maggie Perkins qui est Responsable du développement communautaire au CODOFIL (Conseil pour le développement du français en Louisiane). Le format du débat-dialogue est inspiré de la chronique «The Conversation» de David Brooks et Gail Collins du New York Times.

Nathan Rabalais : Bonjour, Maggie! Félicitations pour ce beau travail que tu as fait dans la création de la nouvelle exposition Le français louisianais : mythes et mouvements, actuellement ouverte au musée d’art Paul and Lulu Hilliard sur le campus de l’Université de Louisiane à Lafayette. Cette année se démarque pour vous-autres au CODOFIL parce que c’est le 50e anniversaire de cet organisme qui se charge de l’avancement du français en Louisiane et le maintien des programmes d’immersion française dans plusieurs paroisses. Vous êtes bien occupés cette année! Mais peux-tu expliquer un peu ton inspiration pour cette exposition en particulier? Quels sont les «mythes» que tu vises à défaire? À quels types de «mouvements» assiste-t-on aujourd’hui en Louisiane?

Maggie Perkins : Merci, et oui! La première partie, la partie Mythes se concentre sur la langue elle-même. Les deux mythes – «Le français louisianais n’est pas une langue écrite» et «Le français louisianais n’est pas du ‘vrai’ français» – sont des choses que j’entends souvent et qui me tracassent beaucoup. Avant de venir au CODOFIL j’ai fait un doctorat en Études françaises avec une concentration en linguistique et j’ai toujours voulu trouver une manière de partager ces connaissances dans un contexte moins académique. Cette partie de l’expo me semblait une bonne occasion de montrer aux gens que le français louisianais est une variété de français parmi d’autres. Dans l’autre salle, la salle Mouvements, il y a trois thèmes qui mettent en valeur les gains réalisés pendant les 50 dernières années. Dans la première section, Renaissance, c’est le changement d’attitudes, le réveil culturel. Le volet Représentation montre le progrès vers une francophonie louisianaise plus inclusive. La dernière partie, Création, donne des exemples des projets concrets liés à la francophonie louisianaise et aux efforts du CODOFIL en particulier.

Crédit photo : Maggie Perkins.

Nathan Rabalais : C’est fascinant! Oui, c’est vraiment incroyable à quel point ces mythes et ces idées reçues sont répétés depuis des années! Est-ce que tu as pu constater comment les gens réagissent à l’exposition? Quelles sont les réactions? Par exemple, la question de représentation est si importante… tu pourrais en dire plus?

Maggie Perkins : Pour le public en général c’est difficile à dire, mais je peux te parler d’une de mes propres réactions. Dans le volet Représentation, il y a une affiche publicitaire avec une image de Canray Fontenot, un violoneux créole bien connu. Des jeunes militants ont créé cette affiche non officielle en 1979 pour dénoncer l’absence de Créoles noirs sur les affiches publicitaires du concert Hommage à la musique acadienne. Malgré son nom, cette manifestation culturelle avait toujours inclus des musiciens créoles… mais pas sur l’affiche. Ils ont essayé d’avoir l’image de Canray Fontenot sur l’affiche officielle, ils n’ont pas réussi, et alors ils ont créé leur propre affiche avec les mêmes dates et les mêmes détails. Par contre, ils ont apporté un petit changement : le titre est devenu «Hommage à la musique créole». Quand j’ai appris l’histoire de cette affiche, j’ai été tellement impressionnée que j’ai téléphoné à une amie – une autre jeune militante franco-louisianaise – juste pour partager cette histoire avec quelqu’un.

Pour moi, il aurait été hors de question de ne pas l’inclure dans l’expo, même si le sujet est un peu délicat. Le CODOFIL était l’organisateur principal du festival à cette époque et l’homme qui a refusé d’utiliser l’image, c’était le fondateur du CODOFIL Jimmy Domengeaux. Il a dit que l’image d’un Créole sur l’affiche porterait à confusion sur «la question ethnique» et je pense qu’il n’avait pas tout à fait tort. Peut-être que le public n’aurait pas compris. Même aujourd’hui il y a beaucoup de confusion quand on parle de l’ethnicité dans la francophonie louisianaise! Mais la solution n’est pas d’effacer la complexité. Je crois qu’on comprend ça un peu mieux aujourd’hui, mais il y a toujours du travail à faire par rapport à la représentation. Je sais que toi, tu travailles sur cette question d’identité et d’ethnicité aussi, alors j’aimerais bien entendre ta réaction à toi…

Crédit photo : Maggie Perkins.

Nathan Rabalais : Cette affiche est donc une belle métaphore! C’est vrai qu’il y a beaucoup de confusion autour de la revendication d’une langue versus une identité (voire, des identités!). Certes, il existe des enjeux communs, mais le mouvement pour développer le français en Louisiane n’est pas forcément un mouvement «cadien». D’ailleurs, j’ai toujours trouvé ça un peu bizarre qu’on avait nommé le festival «Hommage à la musique acadienne» au départ, alors que parmi tous les grands musiciens qui y ont joué (Nathan Abshire, Dewey Balfa, Canray Fontenot) on ne trouve pratiquement pas de noms acadiens. Donc ça montre la complexité de la francophonie louisianaise que tu décris ainsi que l’apport des Créoles (peu importe la couleur de la peau) depuis le début. Et je pense que les gens se rendent compte de plus en plus que ceux et celles qui revendiquent la francophonie louisianaise ne s’identifient pas nécessairement comme «cadien(ne)s».

En même temps, je pensais à la mission du CODOFIL en regardant l’expo : «de faire tout ce qui est nécessaire pour encourager le développement, l’utilisation et la préservation du français tel qu’il existe en Louisiane pour le plus grand bien culturel, économique et touristique pour l’État».

Même si ça a l’air d’un seul objectif, en fait, cela s’effectue de beaucoup de façons différentes, n’est-ce pas? Le mandat du CODOFIL n’est pas limité aux programmes d’immersion, par exemple. Puisque tu es chargée des relations communautaires au CODOFIL, est-ce que tu crois que la mission (ou peut-être les méthodes) de l’organisme devien(nen)t plus diversifiée(s) aujourd’hui? Tu as déjà mentionné l’importance de «démystifier» certaines idées fausses dans un contexte justement non académique…

Crédit photo : Maggie Perkins.

Maggie Perkins : Je ne sais pas si c’est un changement dans le CODOFIL ou un changement dans la perception publique, parce que – comme tu viens de dire – ces idées font partie du mandat depuis le début. Mais oui, je rencontre toujours des gens qui me disent : «Ah oui, tu travailles pour le CODOFIL. Ça, c’est le monde qui fait les programmes d’immersion et les bourses et tout ça.» Et là, j’explique que oui, le CODOFIL fait beaucoup dans le cadre des programmes d’immersion (et de français langue seconde) et oui, ma collègue est la coordonnatrice des bourses pour étudier le français à l’étranger, mais qu’on fait d’autres choses aussi. Lorsqu’un diplomate français ou une journaliste canadienne vient en Louisiane, on est souvent le premier contact. En ce moment, je travaille sur un projet – l’Initiative Oui! – où on essaie d’identifier les entreprises qui peuvent offrir des services en français : un restaurant qui a une version française de la carte ou un avocat qui parle français. Un de mes autres collègues travaille en collaboration avec plusieurs organisations pour avoir plus d’affichage bilingue dans les villes et sur les autoroutes. L’éducation est essentielle, c’est vrai, mais on ne peut pas mettre tout l’avenir de la francophonie louisianaise sur les épaules d’un élève de 5e année. On essaie de sensibiliser le public à cette idée et aux autres projets du CODOFIL, et cette expo fait partie de ces efforts, bien sûr.

Tu veux entendre la suite de l’histoire de l’affiche…?

Nathan Rabalais : Mais, oui!

Crédit photo : Maggie Perkins.

Maggie Perkins : Les jeunes militants ont fait cette affiche non officielle en 1979, mais en 1980 il y a eu plein de changements dans l’administration du festival et l’image que le festival a choisie pour l’affiche officielle de 1980 était… une photo de Canray Fontenot!

Nathan Rabalais : Excellent! Et cette année, Festivals Acadiens et Créoles rendent hommage à Caesar Vincent, ce musicien créole – maintenant légendaire grâce aux enregistrements des années 1930 faits par l’ethnologue Harry Oster – qui nous a légué des chansons incontournables telles «Travailler, c’est trop dur», rendue encore plus populaire par Zachary Richard entre autres.

Cette année vous travaillez étroitement avec l’équipe des Festivals Acadiens et Créoles. Quels sont les autres événements que vous avez prévus dans le cadre du festival?

Maggie Perkins : Oui, il y en a plusieurs! Chaque mercredi, le musée Hilliard fait un programme qui s’appelle «Creative Conversations». Ils organisent une table ronde ou une conférence ayant un rapport avec une de leurs expositions. Le mercredi avant le festival – c’est-à-dire le 10 octobre – la «conversation» est consacrée à une séance sur l’histoire du CODOFIL avec les interventions des grands acteurs (anciens directeurs, membres du conseil, etc.) qui ont influencé cette histoire. Le lendemain matin, le Centre d’études louisianaises organise un symposium au musée. Roger Mason va donner une conférence sur Alma Barthélemy, une chanteuse franco-louisianaise d’origine amérindienne tandis que Barry Jean Ancelet va parler de Caesar Vincent. Il y aura aussi un panel sur le lien entre le mouvement pour le français en Louisiane et la création musicale francophone en Louisiane. Pendant le festival, il y a une messe en français le dimanche matin dans la tente «Salle de Danse». Après la messe, on espère que les francophones vont venir nous rejoindre au musée parce qu’il y aura lecture de ta poésie à 11h. Merci d’avoir accepté notre invitation et félicitations pour ton nouveau recueil, Le Hantage. De plus, l’équipe du CODOFIL sera au musée pendant toute la journée le 13 et 14 octobre. Une des salles de l’expo deviendra notre «Espace Francophone» au festival.

Crédit photo : Maggie Perkins.

Nathan Rabalais : Tout ça, c’est magnifique! Et c’est un honneur pour moi de faire partie de cette programmation si intéressante!

Toutes les activités reflètent bien cette nouvelle énergie chez les francophones louisianais à l’instar de la candidature de la Louisiane à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Même si certains disent que le festival devient «trop grand», J’ADORE les ajouts comme les tables rondes, les ateliers, les expos, etc. Tout le monde aime la musique et la nourriture, mais notre culture si riche est encore plus large. À un moment donné ça fait du bien de mieux connaître notre culture en profondeur, écouter des chercheurs, regarder des démonstrations… et tout ça (souvent) avec de l’air climatisé! En Louisiane, ça fait toujours du bien – même en octobre!

Merci énormément, Maggie, pour cette exposition fascinante et merci à toute l’équipe CODOFIL pour tout ce que vous faites pour la francophonie louisianaise.

Maggie Perkins : Merci à toi! On se voit au festival!

À propos…

Militante francolouisianaise, Maggie Perkins est responsable des programmes communautaires au sein du Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL). Elle est titulaire d’un doctorat de l’Université d’État de Louisiane (LSU). Elle habite son endroit préféré au monde, sa ville natale de Lafayette.

Originaire d’Eunice et de Lafayette, en Louisiane, Nathan Rabalais est professeur adjoint d’études françaises et francophones au College of William and Mary, en Virginie. Son recueil de poésie Le Hantage : un ouvrage de souvenance, vient de paraître aux Éditions Tintamarre.

 

Publicités

2 réponses à “Le français louisianais : mythes et mouvements – Collectif

  1. Le Français Louisiana, Le Cajun est un dialect Acadiens, comme le Chiac, le Brayon, le Gaspésien, etc. Il ya probablement pleuseurs differente subdialects en Louisiana et au Quebec aussi. Les Acadiens Acadiennes ne sont pas immune a L’evolution en Amarique du Nord. Tous ces dialects sont des proudits naturel de leur environments . La langue Francais est dabord un langue adopte, et modifiee par nos ancetres, en evoluant,jusque nos jours. Notre langue adoptive et ancestral est un seul element de notre identitie, c’est un element de sons (sound element vs visual or knowledge based elements) qui a tout simplement ete modifiee naturelment, a devenir partie de leur environments.

  2. Pingback: Le français louisianais : mythes et mouvements (Maggie Perkins et Nathan Rabalais) – Les Carnets Nord/Sud·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s