Astheure, un webzine résolument tourné vers l’avenir – Marie Hélène Eddie

Astheure, le premier magazine en ligne à voir le jour en Acadie, a célébré son cinquième anniversaire le 26 mai. Le webzine Astheure fut fondé en 2013, par cinq Acadien.ne.s qui souhaitaient offrir à l’Acadie une nouvelle plateforme participant à susciter des débats, brasser de nouvelles idées, et complémenter l’offre d’information médiatique déjà bien établie en Acadie. Au fil des ans, Astheure a réussi à se tailler une place dans le paysage médiatique acadien et à se former une légitimité qui ne fait qu’augmenter.

Cinq ans après sa naissance, Astheure a entrepris plusieurs collaborations qui l’ont fait grandir et qui ont élargi ses perspectives. En septembre 2014, le webzine a accueilli un espace de critique artistique, à un moment où de tels espaces, permettant la réflexion sur les arts manquaient cruellement en Acadie. En avril 2016, La filière Louisiane s’est rattachée à Astheure, résolument tournée vers un horizon différent : celui de la réalité de nos cousin.e.s Louisianais.es, nous rappelant à quel point nous avons des choses en commun. En septembre 2016, Astheure a aussi pris sous son aile la série de conférences Point de mire sur l’Acadie. Initialement fondée par Maxime Bourgeois, membre du conseil d’administration de l’Association acadienne de la région de la capitale nationale (AARCN) à l’époque, Point de mire sur l’Acadie a su grandir et s’épanouir sous l’égide d’Astheure. Le webzine a aussi mis sur pied une série d’entretiens audiovisuels qui sont disponibles sur son site Internet, sous la rubrique Astheure on jase.

Tous ces projets ont permis au webzine de grandir, d’évoluer, et de s’ouvrir sur le monde. Astheure, comment faire pour inscrire le projet du webzine dans l’espace médiatique de demain?

S’ouvrir à la francophonie canadienne

Astheure a tranquillement élargi son mandat pour prendre en compte les besoins de ses cousin.e.s francophones du Canada et d’ailleurs, par exemple par le biais de La filière Louisiane. Comprendre la Louisiane, l’Ontario français et l’Ouest canadien, c’est comparer nos défis, repérer nos similitudes et apprendre l’un de l’autre.

Aujourd’hui, en 2018, Astheure continue sur cette lancée. Suite à la triste annonce de la fermeture de la revue Liaison après 40 ans d’existence, son espace de critique artistique évolue vers des horizons plus larges, visant à combler le vide laissé par la fermeture de la revue qui se spécialisait dans la critique des arts franco-canadiens.

Sa série de conférences Point de mire sur l’Acadie accueille pour la première fois en 2018-2019, des chercheurs de l’extérieur de l’Acadie, de façon à tisser des liens entre les recherches et les chercheurs de l’Acadie et des autres francophonies canadiennes. Sa programmation officielle pour 2018-2019 sera annoncée sous peu.

De même, nous annonçons que nous accepterons désormais, avec plaisir, de publier des contributions provenant de toute la francophonie du Canada, en autant que ceux-ci contiennent des savoirs et des points de vue qui sont profitables pour l’Acadie, et permettent d’alimenter l’espace de réflexion dévoué à l’Acadie qu’est Astheure.

Campagne de financement

Astheure est un projet qui fonctionne uniquement grâce à la bonne volonté de son comité fondateur, des équipes de travail qui se sont greffées à lui au fil des ans, et de ses nombreux bénévoles. Nous lancerons sous peu une campagne de financement, qui nous permettra de solidifier le projet. Si vous aimez ce que vous lisez, si vous appréciez le formidable travail qui est fait dans l’ombre, ce sera l’occasion de nous appuyer financièrement. Ce financement servira à développer davantage le projet, à entretenir et moderniser notre site Web, à ouvrir de nouvelles portes et à nous projeter de façon plus confiante dans l’avenir.

Nos contributrices et contributeurs sous le feu des projecteurs

Nous lançons également aujourd’hui une page réservée aux 20 publications qui ont le plus fait réagir nos lectrices et lecteurs au fil du temps. Nous cherchons ainsi à rappeler à notre public qu’Astheure n’est rien d’autre que la somme de ses contributrices et contributeurs. Sans eux et sans elles, Astheure ne peut pas continuer d’exister. Les textes ont été choisis parce qu’ils ont le mérite de faire voir un point de vue important sur une question donnée, parce qu’ils ont touché ou choqué notre public de façon singulière, ou parce qu’ils ont particulièrement circulé et été lus.

Au final, Astheure se tient debout, humblement et fièrement, aux côté de L’Acadie Nouvelle,  Radio-Canada Acadie, L’Étoile, ainsi que toutes les autres publications régionales et les projets qui continuent de voir le jour, tels que le nouveau venu L’Heure de l’Est. Toutes ces publications contribuent, à leur manière et selon leurs moyens, à permettre aux Acadien.ne.s de se tenir au courant des enjeux les concernant, de se prononcer et de développer des opinions sur ces sujets, et de participer à des débats visant à résoudre des problèmes de société.

À propos…

Marie Hélène Eddie est doctorante en sociologie à l’Université d’Ottawa. Elle s’intéresse à la francophonie, aux médias d’information et au journalisme, ainsi qu’aux enjeux féministes et minoritaires. Elle est co-fondatrice d’Astheure et coordonnatrice de la série de conférences Point de mire sur l’Acadie. Elle habite à Ottawa mais son cœur est en Acadie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s